Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 3 patients

Brûlures : les surprenantes vertus d'un gel au curcuma

Après une brûlure, l'utilisation d'un gel à base de curcumine - colorant du curcuma - permettrait de guérir mieux tout en réduisant la douleur et l'inflammation.

Brûlures : les surprenantes vertus d'un gel au curcuma MSPhotographic/epictura

  • Publié 16.03.2017 à 12h10
  • |
  • |
  • |
  • |


Cette épice fait le bonheur des fins palais. Mais le curcuma est aussi très utilisé en médecine traditionnelle. L’appliquer sous forme de gel semble efficace dans une indication précise : les brûlures légères à modérées. Des chercheurs de l’Ecole de médecine David-Geffen (Etats-Unis) le confirment, étude de cas à l’appui. Parus dans BioDiscovery, leurs travaux livrent des résultats enthousiasmants.

Aucune cicatrice

En pharmacie et sur Internet, l’extrait de curcuma – en majorité composé de curcumine – est disponible en poudre. Sous forme de gel topique, il aurait toutefois une utilité accrue, aux yeux de l’équipe américaine. « La préparation permet une pénétration de la peau », explique le Dr Madalene Heng, co-auteur des travaux.

La curcumine, pigment principal de l’épice, est en contact direct avec la blessure. A l’inverse, « absorbée par voie orale, la curcumine est très peu assimilée par l’organisme et ne fonctionne pas aussi bien », selon elle. L’étude menée sur trois patients confirme ces déclarations.

Deux enfants de 11 ans et 2 ans, ainsi qu’une femme de 35 ans, ont bénéficié du gel en traitement de brûlures au deuxième degré sur le visage ou les mains. Tous ont fini sans trace de l’incident, alors que les brûlures ont tendance à laisser des cicatrices plutôt voyantes.


Evolution d'un patient de 11 ans brûlé au 2e degré entre le jour 5 et la semaine 6
d'application du gel à base de curcumine (Dr. Madalene Heng)

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Moins de douleur et d’inflammation

Comment expliquer ce phénomène ? La curcumine a, naturellement, une action inhibitrice de l’enzyme phosphorylase kinase. Celle-ci est impliquée dans la guérison des blessures mais provoque un processus d’inflammation. Ce sont les rougeurs, gonflements et douleurs observés chez l’ensemble des patients. En seulement 5 minutes, la phosphorylase kinase déclenche ce mécanisme, qui active 200 gènes différents.

Si la curcumine inhibe cette enzyme, elle ne contredit pas pour autant son action. Au contraire, les patients n’avaient plus aucune trace de brûlure 6 semaines après le début de l’étude. La guérison est donc améliorée. Le petit plus, c’est que l’épice aide à réduire la douleur et l’inflammation associées à ce phénomène.

Voilà qui explique sans doute pourquoi le curcuma est utilisé, depuis des siècles, en médecine traditionnelle. Son usage est reconnu dans les troubles digestifs. Mais l’épice peut aussi être indiquée dans diverses maladies inflammatoires ainsi que des ulcères de l’estomac… Des fonctions qui sont, pour le moment, dites « traditionnelles ».

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité