Publicité

QUESTION D'ACTU

Tarifs des soins dentaires

Dentistes : pourquoi les étudiants rejettent la convention

Les étudiants dentistes sont en colère contre l'Assurance maladie. Les tarifs ne permettent pas de rentabiliser les soins de conservation et de prévention.

Dentistes : pourquoi les étudiants rejettent la convention alphaspirit/epictura

  • Publié 02.02.2017 à 17h16
  • |
  • |
  • |
  • |


Ils n’ont pas encore reçu leur diplôme et déjà, ils sont dans la rue. Les étudiants en dentisterie font entendre leur colère à l’égard de l’Assurance maladie. En cause, la convention qui régit les relations tarifaires avec les chirurgiens-dentistes. Les négociations ont échoué. Le 8 février prochain, un arbitre sera nommé. Une décision qui n’est pas pour rassurer les futurs dentistes.

Une contrepartie trop maigre

« La convention risque d’aboutir à une baisse de qualité des soins pour nos patients », s’alarme Adèle Prevost. La jeune femme en est à sa 5e année d’études en chirurgie-dentaire. Comme ses autres camarades, elle est censée pratiquer à l’hôpital, dans le cadre de sa formation. Mais les seize facultés du pays ont prononcé la grève, afin de protester contre l’avenant à la convention. « On ne va plus à l’hôpital, on n’assure plus les soins », confirme-t-elle.

Les étudiants ont également lancé quelques manifestations spontanées, toutes dans l’objectif d’interpeler la ministre de la Santé, Marisol Touraine. « Ce matin, on a bloqué la caisse primaire d’Assurance Maladie du 14e arrondissement », illustre Adèle Prevost. Dans les autres départements où une faculté est implantée aussi, ces interventions ont été organisées. Ces deux intervenants ne sont pas choisis au hasard : le ministère et l’Assurance maladie vont participer aux échanges qui fixeront le nom de l’arbitre. Celui-ci devra rédiger la mouture finale de la convention tarifaire. Les étudiants en dentisterie sont loin d’être sereins à ce sujet.

Dans la version proposée par l’Assurance maladie, le prix des prothèses se voit plafonné. Couronnes, bridges et autres soins concernés devront donc être facturés moins cher. En échange, l’UNCAM s’engage à revaloriser les soins conservateurs et de prévention… mais de manière bien insuffisante aux yeux des étudiants.

Des actes à perte

« Nous voulons une dentisterie qui n’ait plus besoin de couronnes ou d’implants parce que le système de soins permet de conserver les dents naturelles, explique Adèle Prevost. On ne s’oppose pas au fait que les prothèses soient moins chères, mais à condition que les soins conservateurs soient payés à leur juste valeur. »

Le tarif des soins de prévention et de conservation, voilà le cœur du problème. Pour le traitement d’une carie, il faut compter environ 28 euros. « Le problème c’est que le système est incohérent, pointe Adèle Prevost. Les soins de conservation sont faits à perte. » Dentistes professionnels et en formation estiment en effet que les tarifs de la Sécu ne compensent pas le coût élevé du plateau technique et les frais de tenue du cabinet.

D’autres actes, comme les soins parodontaux, ne sont remboursés que pour certaines personnes, comme les diabétiques. Ils seraient pourtant utiles. « Les gingivites et les parodontites sont à l’origine de la perte des dents, développe l’étudiante parisienne. Si on pouvait favoriser ces soins, cela permettrait à certains patients de garder leurs dents plus longtemps, et de retarder les soins prothétiques. » Il faudra, a priori, encore patienter avant que ces réclamations ne soient écoutées. Et les patients risquent d'être les grands perdants de cette attente.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité