Publicité

QUESTION D'ACTU

Révélations de Lance Armstrong

Quand le dopage nuit gravement à la santé

EPO, testostérone, transfusions sanguines, voilà le "cocktail" dopant que Lance Armstrong a reconnu avoir pris. Très dangereux, ce dopage touche également le milieu des amateurs.

Quand le dopage nuit gravement à la santé STEVENS FREDERIC/SIPA

  • Publié 18.01.2013 à 17h54
  • |
  • |
  • |
  • |


EPO, testostérone, et transfusions sanguines. Lance Armstrong, cycliste 7 fois vainqueur du Tour de France, a avoué hier avoir pris ces produits dopants tout au long de sa carrière professionnelle. A travers ces aveux, c'est tout le monde du cyclisme qui est pointé du doigt. Ce nouveau scandale dans le monde du sport révèle toutefois un autre problème, bien plus grave. Celui de la très haute dangerosité des produits utilisés par le sportif américain. De plus, ce dopage professionnel ne serait que la face visible de l'iceberg. Le monde amateur et les jeunes sportifs seraient également touchés. Un phénomène en expansion que commente Bruno Sesboué, médecin du sport à Caen. 


L'érythropoïétine (EPO) est une hormone sécrétée naturellement par les reins. On sait maintenant la synthéthiser et en faire une hormone analogue à celle de l'homme. Le but de ce produit est d'avoir davantage de globules rouges dans le sang et ainsi plus d'oxygène pour une amélioration possible des performances. Mise au point pour traiter les anémies, elle a été détournée par les sportifs de haut niveau.
Le risque est de se retrouver avec trop de globules rouges. Cela peut faire "embouteillage" dans le sang et créer un caillot sanguin dans les vaisseaux qui pourrait interrompre la circulation sanguine. AVC et infarctus sont à craindre. L'EPO est un produit utilisé dans les disciplines à forte composante endurante (marathon, ski de fond...)

Le dopage sanguin consiste à faire des transfusions sanguines avant une compétition soit avec son propre sang prélevé plusieurs semaines auparavant (transfusion autologue), soit avec du sang compatible d'un tiers (transfusion homologue). Cette technique permet, elle aussi, d'augmenter le nombre de globules rouges dans le sang. Autrefois, les sportifs allaient faire des séjours en montagne là où il y a moins d'oxygène, ce qui a pour effet de stimuler la production de globules rouges.
Le risque pour la santé est le même que pour l'EPO avec, en plus le risque infectieux, lié à toute transfusion ou à toute perfusion. Plus de globules rouges, c'est moins d'essouflement pour les sportifs. 

La testostérone est une hormone stéroïdienne appartenant au groupe des androgènes et qui stimule la synthèse protéique musculaire. Ce produit sert à augmenter la masse musculaire. Elle reste très utilisée par les haltérophiles et les sprinteurs.
Le risque. Elle peut entraîner de très nombreux problèmes, accidents cardiaques, problèmes de pilosité, d'agressivité, mais aussi des troubles de la sexualité. Sur le long terme, elle peut également provoquer un cancer du foie.

L'hormone de croissance a des effets anabolisants comme les androgènes. Elle est donc prise pour la même raison que la testostérone, augmenter encore la masse musculaire.
Les risques sont donc quasi identiques aux anabolisants, avec en plus le risque de développer un diabète de type 2. C'est un produit très nocif.


La cortisone et les corticoïdes sont utilisés pour atténuer la douleur. Ce sont des produits anti-inflammatoires qui atténuent les douleurs aux tendons lors de la sollicitation prononcée des muscles. 
Le risque, fragiliser les tendons et donner alors des ruptures tendineuses, très dommageables pour les sportifs.


Le dopage amateur. Le cyclisme est plus touché par les affaires de dopage que d'autres disciplines. D'abord, le vélo est l'un des sports les plus contrôlés dans le monde professionnel. C'est également l'une des disciplines les plus contraignantes sur le plan physique. 

Mais la prise de produits dopants ne touche pas que les cyclistes professionnels. Le sport amateur, dominé de plus en plus par le culte de la performance, n'échappe plus au dopage. Pour des raisons de coût, les jeunes utilisent plus volontiers des produits comme la testostérone. Mais ils courent les mêmes risques que leurs aînés. C'est ce que constate le Dr Bruno Sesboué, médecin du sport à Caen et président de l'association nationale des antennes de prévention du dopage. 


Ecoutez Bruno Sesboué, médecin du sport à Caen: "ce sont les mêmes risques, puisque ce sont les mêmes produits. Les androgènes, on en trouve beaucoup et à tous les niveaux...

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité