Publicité

QUESTION D'ACTU

Hôpital du Kremlin-Bicêtre

Septicémie : deux médecins poursuivis après le décès de Camille

Deux médecins sont en procès pour homicide involontaire ce 4 novembre. En 2009, une fillette est décédée d’une septicémie après avoir opérée au CHU du Kremlin-Bicêtre.

Septicémie : deux médecins poursuivis après le décès de Camille Feverpitch/epictura

  • Publié 04.11.2016 à 12h47
  • |
  • |
  • |
  • |


Un chirurgien, un anesthésiste et l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) sur le banc des accusés. Leur procès s’est ouvert ce 4 novembre au tribunal correctionnel de Créteil (Val-de-Marne). Les professionnels de santé et l’institution sont poursuivis pour homicide involontaire.
En 2009, une fillette de six ans est décédée d’une septicémie. Elle avait été opérée cinq jours plutôt tôt au CHU du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Sept ans plus tard, sa mère veut établir les responsabilités.

Cette affaire est la triste conclusion d’une série d’erreurs commises à l’hôpital, qui appartient au réseau de l’AP-HP. Camille, 6 ans, y a été admise en raison d’infections urinaires répétées. L’opération programmée est simple et a pour objectif de la soulager. Mais dans les jours qui suivent l’intervention, l’enfant se plaint de douleurs. Fièvre et vomissements ne tardent pas à apparaître. Elle succombe finalement à un arrêt cardiaque. Son décès est attribué à un choc septique. La fillette a développé une infection grave et des pathogènes se sont répandus dans son sang. 

Un manque de réactivité

L’enquête qui suit met en cause l’ensemble de l’équipe médicale. A tel point que l’AP-HP a reconnu sa responsabilité pénale dans l’affaire, et a mis en place des mesures correctives. Avant l’opération, une analyse d’urines a été réalisée. Elle révèle la présence d’une infection, rapporte Le Parisien. Personne au bloc n’en est informé. Ce n’est que quelques jours plus tard qu’un traitement antibiotique oral est administré à Camille. Insuffisant, ont tranché les experts par la suite.

La maman de la fillette dénonce aussi le manque de réactivité des professionnels auxquels elle s’est adressée. Il s’agira maintenant de déterminer les responsabilités et les peines. Une conclusion très attendue : le procès était prévu en avril dernier et a été reculé de plusieurs mois. Chaque accusé encourt trois ans d’emprisonnement pour homicide involontaire.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité