Publicité

QUESTION D'ACTU

Hospitaliers et libéraux

Agression à Béthune : les médecins veulent un plan d'action

Un homme a été déféré devant le parquet de Béthune pour avoir agressé un médecin urgentiste. Tout autant excédés par les agressions, les généralistes veulent des mesures urgentes. 

Agression à Béthune : les médecins veulent un plan d'action RAMOND/SIPA

  • Publié 03.11.2016 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


C'est peut-être l'agression de trop pour un corps médical déjà exaspéré par la violence qui touche les professionnels de santé. Mercredi, un homme de 32 ans a été déféré devant le parquet de Béthune (Pas-de-Calais)  pour avoir agressé un médecin urgentiste et un fonctionnaire de police.

C'est à la suite d'un malaise et de l'intervention des secours chez lui, que l'homme a pris à partie les pompiers et les médecins qui ont dû faire appel aux forces de l'ordre. Malgré la présence de la police, l'homme ne s'est pas calmé pas et a blessé un policier avec un coup de tête.  Des menaces de mort et des insultes ont également été proférées à leur encontre, selon La Voix du Nord.

Les agressions ne baissent pas 

Placé en garde à vue au commissariat de Béthune, l’homme reconnaît les faits, sans les expliquer, « j’ai fait n’importe quoi, j’étais en crise de nerfs. Je voulais juste qu’on me foute la paix, qu’ils partent », a-t-il indiqué aux policiers visiblement marqué par sa soirée alcoolisée de la veille. 

Deux policiers et le médecin du SMUR ont décidé de porter plainte. Et l’hôpital de Lens – dont dépendent les équipes du SMUR – a également décidé de poursuivre le Douvrinois. Ce dernier devra répondre de ses actes devant le tribunal en mars prochain. Au même titre que son beau-frère, qui s’est opposé à l’interpellation avec des outrages.

Les agressions contre les praticiens ne reculent pas en France. En 2015, 924 attaques verbales ou physiques de ce type ont été rapportées par l'Observatoire de la sécurité des médecins (ONSM). Ce rapport révèle, par ailleurs, que 65 % d'entre elles concernent les médecins généralistes. Le tout en sachant que 56 % des violences n’ont pas été rapportées aux autorités en 2015...

Et les causes des agressions confirment la montée des tensions dans les salles d'attente. Dans la majorité des cas, les agresseurs se plaignent de la prise en charge (33 %), des refus de prescription (16 %) et de temps d’attente excessifs (9 %).

Les généralistes veulent des mesures urgentes 

La CSMF (1), premier syndicat des médecins libéraux, appelle a des mesures urgentes. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase a été l'agression sauvage d'une médecin généraliste vendredi dernier à Châtellerault (Vienne) dans son cabinet médical par un patient. La praticienne été victime d’un traumatisme crânien avec perte de connaissance. Verdict : 6 mois de prison ferme pour l'agresseur.

Dans un communiqué publié mercredi, Les Généralistes de la CSMF rappellent qu'ils sont souvent « le dernier lien social présent dans toutes les situations difficiles, que ce soit en ville, en milieu rural ou dans des zones de non droit. Ils sont donc plus exposés et confrontés à des actes violents qui ont toujours des conséquences néfastes sur l’exercice de leur métier », poursuivent-ils.

Mais surtout, le syndicat considère qu'il appartient aux pouvoirs publics « de prendre à bras le corps ce problème sociétal et de prendre toutes les mesures pour que les médecins, et plus largement les professionnels de santé, soient des professionnels protégés ». Ces généralistes appellent désormais le gouvernement et l’Assurance maladie « à prendre des mesures urgentes pour les protéger dans le cadre de leur exercice, sinon aucune mesure incitative ne sera de nature à rendre plus attractive la spécialité médicale la plus délaissée par les futurs médecins ».

(1) Confédération des Syndicats Médicaux Français 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité