Publicité

QUESTION D'ACTU

Sigature olfactive

Diabète : des chiens capables de détecter les hypoglycémies

En cas d'hypoglycémie, des composés volatiles sont présents dans notre haleine. Des chercheurs de l'université de Cambridge pensent que les chiens peuvent détecter ces molécules.   

Diabète : des chiens capables de détecter les hypoglycémies Le chien de Claire Pesterfield l'avertissant d'une hypoglycémie nocturne/Cambridge university

  • Publié 29.06.2016 à 11h54
  • |
  • |
  • |
  • |


Souffler sur la truffe de son chien pour savoir si on est en hypoglycémie, c'est ce que propose l'université de Cambridge. Publié dans la revue Diabetes Care, l'article de la célèbre faculté anglaise explique comment certains composés volatils présents dans l'haleine peuvent être détectés lorsqu'un patient atteint de diabète de type 1 est en hypoglycémie.

Cette chute du taux de glucose sanguin peut avoir de lourdes conséquences. Lorsque la glycémie s'abaisse au-dessous d'un certain seuil, des tremblements et une grande fatigue peuvent apparaître, allant même jusqu'à la perte de conscience. Chez des patients diabétiques, ces symptômes peuvent venir d'un moment à l'autre. Il est donc crucial d'agir vite.

Un composé deux fois plus élevé en cas d'hypoglycémie

Les travaux des scientifiques ont porté sur 8 femmes âgées d'une quarantaine d'années et diabétiques de type 1, c'est-à-dire que leur système immunitaire attaque leurs cellules pancréatiques productrices d'insuline. Les scientifiques ont abaissé artificiellement leur glycémie et ont recueilli les composés chimiques volatils présents dans l'air expiré.

Ils ont découvert que le taux d'isoprène, un sous-produit de la production de cholestérol, était deux fois plus élevé dans l'haleine en cas d'hypoglycémie. Les scientifiques ignorent actuellement pourquoi cette molécule est deux fois plus présente lorsque que le taux de glucose sanguin est faible. Mais cette découverte pourrait expliquer pourquoi certains chiens peuvent être entraînés à repérer les signes avant-coureurs chez les patients, selon le site de l'université de Cambridge.

 

Un détecteur à quatre pattes

Claire Pesterfield est une infirmière spécialiste du diabète pédiatrique à l'hôpital d'Addenbrooke à Cambridge. Elle est elle-même diabétique de type 1. Elle a donc besoin de s'injecter de l'insuline pour équilibrer son taux de glucose sanguin. Claire possède aussi un chien. Son labrador, Magic, a été formé pour détecter quand son niveau de glucose sanguin baisse. Les scientifiques anglais pensent que les chiens peuvent être sensibles à la présence d'isoprène. Les humains n'ont pas un odorat aussi développé que celui de leurs amis à quatre pattes, mais les chiens peuvent s'avérer être un véritable atout pour réduire le risque de complications potentiellement mortelles chez les patients diabétiques. Une vidéo réalisée par l'université de Cambridge montre ainsi que Magic est capable de réveiller sa maîtresse quand elle risque une hypoglycémie nocturne.

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité