Publicité

QUESTION D'ACTU

Pour raisons d’hygiène

Deux centres dentaires low cost de Dentexia fermés en un mois

Un cabinet low cost Dentexia de Chalon-sur-Saône a été fermé par l'ARS de Bourgogne Franche-Comté pour hygiène insuffisante. Un mois après celui de Lyon.

Deux centres dentaires low cost de Dentexia fermés en un mois Sergey Mironov

  • Publié 01.03.2016 à 16h36
  • |
  • |
  • |
  • |


L’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne Franche-Comté a décidé de fermer le centre de soins dentaire low cost Dentexia de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire. C’est le deuxième centre de la même chaîne à fermer depuis le début de l’année, après celui de Lyon, dans le quartier de la Tête d’Or.

Dans les deux cas, c’est l’hygiène qui a poussé les autorités à suspendre l’activité, car « la sécurité des actes n’était pas garantie », d’après le communiqué de l’ARS. La fermeture fait suite à une inspection d’hygiène effectuée le 25 février dernier. Aucun soin ne pourra plus être réalisé à partir de de mrdi, tant que les normes ne seront pas respectées.

 

Des plaintes en cours

Cette chaîne de cabinets, installée dans plusieurs villes, est en redressement judiciaire depuis janvier dernier, et une plainte commune de plus de 1000 victimes a été déposée. Dentexia propose des prix défiant toute concurrence en salariant les dentistes et en rationnalisant les actes, parfois à la limite des bonnes pratiques.

Les cabinets low-cost sont pointés du doigt par la profession elle-même, notamment pour des escroqueries. « Ça va du client qui s’est pointé pour un détartrage et est ressorti avec un devis de vingt couronnes pour 20 000 €, au patient qui a payé ses soins à l’avance, s’est fait édenter alors que ce n’était pas nécessaire et trouve porte close un jour chez son dentiste », racontait au Parisien la présidente de la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires, Catherine Mojaïsky, dentiste à Melun (Seine-et-Marne).

 

L’appel a été entendu

La combine habituelle est rôdée : attirer le patient avec des prix attractifs, à grands renforts de marketing. Une fois les soins réalisés, le dentiste propose la pose de couronnes et d’implants, pour un coût beaucoup moins plaisant. Pour convaincre, les dentistes proposent une mise en relation avec un organisme de crédit.

Gilbert bouteille, président de l’Ordre national des chirurgiens dentistes, affirmait il y a un mois avoir « tiré la sonnette d’alarme » pour avertir les ARS, en apportant « un dossier avec des preuves accablantes ». Il semblerait que son appel ait été entendu.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité