Publicité

QUESTION D'ACTU

Certificat de complaisance

Enfant atteint du tétanos : le pédiatre de Tours suspendu

Un pédiatre tourangeau a été suspendu par son ARS, suite à un cas de tétanos décelé sur un enfant de neuf ans. Il aurait établi une fausse déclaration de vaccination. 

Enfant atteint du tétanos : le pédiatre de Tours suspendu DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 19.11.2015 à 18h46
  • |
  • |
  • |
  • |


Quand un médecin franchit la ligne rouge. Un pédiatre tourangeau soupçonné d'avoir fait une fausse déclaration de vaccination contre le tétanos vient d'être suspendu sur décision de l'Agence Régionale de Santé (ARS) Centre.

Dans un communiqué de presse, l'ARS précise que « les investigations réalisées, analysées et validées par des experts nationaux, ont confirmé que cet enfant n'était pas vacciné contre le tétanos, contrairement à ce qui était indiqué sur son carnet de vaccination par le pédiatre qui le suivait ». Saisie, la Chambre Régionale de l'Ordre des Médecins (CROM) du Centre doit obligatoirement se prononcer sur cette situation.
Car l'enfant de neuf ans, atteint du tétanos en juillet dernier, se trouvait « dans un état grave, qui a nécessité une prise en charge hospitalière spécialisée pendant deux mois ». Aujourd’hui, « son état de santé est satisfaisant », rasssure l'ARS.

Une enquête judiciaire avait néanmoins été ouverte pour déterminer si cet enfant avait bien reçu la vaccination obligatoire contre cette maladie devenue rarissime, ou s'il s'agissait « d'une anomalie physiologique d'un organisme qui ne réagirait pas à l'inoculation du vaccin, ou s'il y aurait absence d'inoculation de ce vaccin », avait expliqué Cécile Ancelin, substitut du procureur de Tours chargée des mineurs. Les experts, pour leur part, ont toujours eu peu de doutes. 

 

Pas d'anticorps : une piste écartée par les experts

Contacté par Pourquoidocteur l'été dernier, le Pr Jean-Paul Stahl, chef du service Maladies infectieuses et Tropicales au CHU de Grenoble, affirmait que « cette absence d'anticorps est techniquement impossible (...). Je pense que ce garçon n'a pas été vacciné. Ou alors, il faudrait qu'il soit extrêmement immunodéprimé, et encore », ajoutait-il, dubitatif. 
Par ailleurs, ce spécialiste précisait que « même si l'enfant n'a pas reçu les rappels, il devrait y avoir une trace de vaccination. Par exemple, avec des anticorps inefficaces ». Conclusion, la piste du certificat de complaisance semblait à l'époque la plus plausible.

Un sentiment partagé par le Dr Luc Duquesnel, Président de l'UNOF, la branche des généralistes de la CSMF (1). Interrogé fin juillet, ce médecin indiquait que les parents opposés à la vaccination seraient plus nombreux qu'avant dans son cabinet : « Avec certains généralistes encore réticents sur la vaccination, c'est une évidence que des parents doutent. Mais ils restent peu nombreux, au final », précisait-t-il.

Ecoutez...
Dr Luc Duquesnel, président de l'UNOF-CSMF : « Les anti-vaccins sont là. On le voit avec le taux de vaccination qui n'arrête pas de baisser. » (entretien réalisé le 20/07/15)

 

Patients et médecins complices  

Alors, face à ces médecins sympathisants des « ligues anti-vaccinales », beaucoup attendent une réaction du Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM). Dans une interview récente, le Dr Jean-Marie Faroudja, président de la section « Ethique et déontologie » du CNOM, rappelait qu'avant de sanctionner, « il faut avoir la preuve que le praticien fait bien de fausses attestations de vaccination ou de faux certificats de contre-indication. » « Or, bien souvent, les parents et le professionnel de santé sont complices dans cette affaire », faisait remarquer, de son côté, le Dr Luc Duquesnel. Cela complique l'identification des médecins qui dérogent à leurs devoirs.

 

Des sanctions lourdes sont prévues

Le Dr Jean-Marie Faroudja expliquait en effet que les certificats de complaisance sont contraires aux dispositions du Code de déontologie médicale et donc au Code de la santé publique. « Ces médecins (en infraction vis-à-vis de la loi, ndlr) s'exposent à des pousuites par les instances juridictionnelles de l'Ordre. Les sanctions vont de quinze jours à six mois d'interdiction d'exercer (avec ou sans sursis). Cela en fonction de l'importance et des circonstances particulières du délit », concluait-il.
Joint ce jeudi, le CNOM a cependant indiqué qu'il n'avait jamais sanctionné un médecin pour ce motif-là. 
Et comme la vaccination contre le tétanos est obligatoire, dans le but d'éradiquer la maladie, des sanctions pénales sont aussi prévues en cas d'absence délibérée de faire vacciner un enfant.
Mais le pire reste sans doute les dangers que risquent ces jeunes patients qui échappent à certaines vaccinations. Notamment celle du du tétanos où ils peuvent mourir lorsqu'il ne sont pas correctement vaccinés. Dans le meilleur des cas, ils s'en sortent avec des séquelles motrices et neurologiques (déficit moteur central par exemple). Une aberration lorsqu'on sait que le vaccin DTpolio est efficace à 99,9 % et sans danger, d'après les spécialistes. 

 

La recrudescence des cas de tétanos en France
Selon un récent bilan de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS), le tétanos, maladie qu'on pensait éradiquée, connaît une recrudescence en France : 3 cas en 2008, 15 en 2010. « Tous ces cas et décès auraient pu être évités par une meilleure application du calendrier de vaccination antitétanique », soulignait l'étude. Au total, entre 2008 et 2011, 36 cas ont été notifiés, dont 11 décès.

 

(1) Confédération des Syndicats Médicaux Français 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité