Publicité

QUESTION D'ACTU

Anticancéreux

Médicaments : les coûts explosent aux Etats-Unis

Jusqu'à deux fois plus chers de l'autre côté de l'Atlantique. Les anticancéreux et autres médicaments voient leurs prix exploser aux Etats-Unis.

Médicaments : les coûts explosent aux Etats-Unis SIERAKOWSKI FREDERIC/ISOPIX/SIPA

  • Publié 24.09.2015 à 12h59
  • |
  • |
  • |
  • |


Le prix de certains médicaments se chiffre désormais en milliers d’euros. C’est le cas du Daraprim (pyriméthamine), dont le coût est passé de 13,5 $ (12 €) à 750 $ (673 €) après son rachat par la start-up Turing Pharmaceuticals… Soit une hausse de 5 000 %. Du jamais vu. Aux Etats-Unis, où le reste à charge est important, un véritable scandale a éclaté.

La vague de colère est remontée jusqu’à Hillary Clinton. La candidate démocrate à la présidence du pays a dénoncé une manœuvre scandaleuse. Le PDG de Turing, Martin Shkreli, avance de son côté la nécessité de dégager des profits pour financer la recherche de nouvelles molécules. Et il n’est pas le seul à gonfler le prix des médicaments. Une étude indépendante, menée par l’université de Liverpool (Royaume-Uni) et révélée par Reuters, explique que les Américains déboursent beaucoup plus que leurs pairs européens. Les anticancéreux sont les premiers touchés par ce phénomène, comme l’expliqueront les chercheurs au prochain congrès de l’European Society for Medical Oncology (ESMO) – qui se tiendra à Vienne (Autriche) du 25 au 29 septembre.

Le prix double en traversant l’Atlantique

Outre-Atlantique, les nouveaux anticancéreux peuvent valoir jusqu’à 600 fois leur coût de production. Andrew Hill, qui a dirigé l’enquête, prend pour exemple les inhibiteurs des tyrosines kinases. Cette classe de médicaments comporte moins d’effets secondaires qu’une chimiothérapie. Elle est donc très demandée. Mais aux Etats-Unis, la dépense nécessaire pour se les offrir est deux fois plus élevée qu’en Europe.

 

 

 

Au-delà du coût de production, le marketing prend une place importante dans l’augmentation du prix final. Mais pour Jean-Paul Vernant, professeur d'hématologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), c'est la valeur du traitement pour les patients et pour le système de santé qui influence son étiquetage. « Pour l'industrie pharmceutique, la justification d'un prix élevé n'est plus le coût de la recherche et développement, mais l'utilité du médicament, explique-t-il à Pourquoi docteur. Il n'y a pas d'autre industrie qui ait de telles pratiques : peut-on imaginer que les fabricants d'airbags définissent le prix de ceux-ci uniquement en fonction du nombre de vies que ceux-ci permettent de sauver ? En réalité, ce qui définit le prix des médicaments, c'est l'évaluation que le laboratoire fait de la capacité des Etats à payer. » Le Sovaldi (Gilead) en est l’exemple parfait : la facture pour 12 semaines de traitement s’établit à 41 000 euros en France, contre 84 000 dollars (60 000 euros) aux Etats-Unis. Le laboratoire expliquait alors ajuster le prix selon le niveau de revenu des pays.

 

Lire notre dosssier : Ces médicaments qui menacent la sécurité sociale

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité