Publicité

QUESTION D'ACTU

Méthadone, morphine, héroïne...

Naloxone : l'antidote aux overdoses attend toujours un feu vert

Le médicament contre les surdoses aux opiacés, licites et illicites, devrait faire l’objet de programmes de distribution auprès des populations à risques, mais aucune date n’a été retenue.

Naloxone : l'antidote aux overdoses attend toujours un feu vert VALINCO/SIPA

  • Publié 31.08.2015 à 19h29
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est devenu, aux Etats-Unis, l’une des premières causes de mortalité parmi les jeunes. Dans certains Etats, le nombre de décès liés à l’overdose aux opiacés dépasse celui des accidents de la route au sein de cette population.

Plus de 250 décès en France

A l’occasion de la Journée Internationale de Prévention des Overdoses, les associations à travers le monde attirent l’attention sur l’abus de produits opiacés, qu’ils soient licites (médicaments antalgiques) ou illicites (héroïne), ou encore partie intégrante d’un traitement de substitution (méthadone).

En France, les overdoses d’opioïdes ont coûté la vie à près de 270 personnes en 2012, selon les données de l’enquête DRAMES*. Parmi elles, 187 sont décédées après avoir consommé des Médicaments de Substitution aux Opiacés (MSO) comme la méthadone ou la buprénorphine, et 36 ont trouvé la mort par surdose de médicaments antalgiques (morphine, codéine, fentanyl…). L’héroïne est impliquée dans 39 décès.
 

Un antidote aux overdoses

« Cette Journée est l’occasion de rappeler que des moyens existent pour limiter ces surdoses », écrivent les auteurs d’un communiqué interassociatif regroupant l’APSEP*, ELSA France, Fédération Addiction et la RESPADD*. Ainsi, les associations rappellent certaines recommandations émises par les institutions sanitaires françaises, qui n’ont toujours pas été mises en œuvre.

Parmi elles, la mise à disposition de la Naloxone. Véritable antidote de l’overdose aux opioïdes, ce médicament n’est disponible que sur ordonnance, là où il trouverait son utilité dans la trousse à pharmacie de chaque personne à risque. Il permet une réanimation immédiate grâce à un délai d’action rapide (30 secondes à 2 minutes) et s’est illustré dans plusieurs pays en tant qu’outil de réduction des risques de mortalité liée aux surdoses – Etats-Unis, Ecosse, Danemark, Espagne…

« L’idée est de mettre en place des programmes de distribution assortis d’une formation auprès d’usagers de drogues et de leur entourage, explique Xavier Aknine, médecin généraliste de la Fédération Addiction. Les proches d’un patient cardiaque apprennent les gestes qui sauvent la vie en cas de crise ; l’approche est la même pour les surdoses ».
 

Cibler les situations à risque

Certaines situations sont particulièrement à risques d’overdoses. Il en va ainsi des consommateurs en sevrage, ou encore des détenus qui sortent d’incarcération. « Leur corps n’est plus habitué aux doses administrées auparavant, explique Jean-Pierre Couteron, président de Fédération Addiction. La même dose peut provoquer un décès ». Ces personnes sont la cible prioritaire de ces programmes de distribution. Une forme nasale pourrait ainsi voir le jour, pour remplacer la forme injectable actuellement utilisée dans le milieu hospitalier.

Mais encore faut-il que ces programmes voient le jour. En 2008, la Direction générale de la santé (DGS) a émis un avis favorable pour la mise à disposition de la Naloxone. Même son de cloche pour l’ANSM, dont la Commission nationale des Stupéfiants et Psychotropes approuve l’idée depuis 2009. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) elle-même recommande d’élargir l’accès à ce médicament.

Mais depuis, silence radio ; aucun programme n’a vu le jour, bien que le groupe de réflexion de la DGS ait intensifié son action au cours de l’année. Du côté des associations, on se veut patient. « C’est une question de semaines, avance Xavier Aknine, qui table sur une mise en œuvre en 2016. La balle est dans le camp des autorités sanitaires ! »


*DRAMES : Décès en Relation avec l’Abus de Médicaments Et de Substances (ANSM)
*APSEP : Association des Professionnels de Santé Exerçant en Prison
*RESPADD : Réseau de prévention des addictions

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité