Publicité

QUESTION D'ACTU

Cannabis, cocaïne, héroïne

Abus d’antidouleurs : les consommateurs de drogues plus exposés

Les consommateurs de substances illicites, telles que le cannabis, la cocaïne et l’héroïne, seraient plus exposés aux risques d’abus d’antidouleurs, selon une étude.

Abus d’antidouleurs : les consommateurs de drogues plus exposés Toby Talbot/AP/SIPA

  • Publié 11.07.2015 à 13h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Aux Etats-Unis, les overdoses aux antidouleurs tuent autant que les accidents de la route. Première cause de mortalité chez les jeunes, l’abus d’opiacés (codéine, oxycodone, morphine…) est une priorité de santé publique. D’importants efforts sont consentis dans la recherche sur cette forme d’addiction médicamenteuse.

Une nouvelle étude de l’Université de Géorgie, publiée dans la revue Addictive Behaviors, lève le voile sur l’un des mécanismes à l’origine du mésusage des analgésiques. Les travaux ont porté sur les données de 13 000 Américains, recueillies au sein de l’Enquête Nationale sur l’Usage des Drogues et la Santé (National Survey on Drug Use and Health).

« Homme ou femme, riche ou pauvre… »

Selon l’analyse de ces données, il existerait un lien très fort entre le mésusage d’analgésiques et la consommation de substances illicites. « Homme ou femme, Noir ou Blanc, riche ou pauvre, on retrouve la même particularité, explique dans un communiqué l’auteur qui a mené les travaux, Orion Mowbray. Si une personne est consommatrice de drogues, elle a un risque très élevé de manifester un mésusage des antidouleurs ».

Ce constat avait déjà été dressé dans une précédente étude menée par les Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (Centers for Disease Control), qui avait montré une forte association entre consommation d’héroïne et abus d’antidouleurs.

Ces nouveaux travaux évoquent un autre facteur déterminant dans le mésusage d’opiacés, qui concerne le moyen par lesquels les consommateurs se procurent ces médicaments disponibles sous ordonnance. Ils démontrent ainsi que les personnes âgées de 50 ans et plus obtiennent des antidouleurs auprès de plusieurs prescripteurs, tandis que les jeunes consommateurs se les procurent auprès d’amis, de membres de la famille, ou de trafiquants.

Les overdoses en hausse de 183 %

L’un des objectifs est de mieux cerner l’origine des prescriptions médicales qui participent au mésusage d’analgésiques par les consommateurs, alors que la mortalité induite par un usage abusif des analgésiques opiacés sur ordonnance a augmenté de plus de 400 % chez les femmes depuis 1999 et de 265 % chez les hommes. Les auteurs préconisent notamment de dépister les conduites addictives avant de prescrire ces antidouleurs.

En France, la consommation d'antidouleurs opiacés est sans doute moins forte, notamment parce que leur accès est nettement plus restreint. L’étude DRAMES (Décès en Relation avec l’Abus de Médicaments et de Substances) faisait état en 2010 de 376 décès, dus à des overdoses par héroïne, traitements de substitution aux opiacés et médicaments contre la douleur. Mais les données sur ce phénomène sont imprécises et non exhaustives.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité