Publicité

QUESTION D'ACTU

Les vertus thérapeutiques de la lumière

Thérapie photodynamique : quand la lumière détruit les tumeurs

La thérapie photodynamique permet de supprimer avec précision certaines tumeurs cancéreuses grâce à la lumière.

Thérapie photodynamique : quand la lumière détruit les tumeurs Inserm/Delapierre, Patrick

  • Publié 31.07.2015 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Dossier réalisé en partenariat

avec Science&Santé

le magazine de l'Inserm

 

La thérapie photodynamique (ou PDT, de l’anglais photodynamic therapy) s’appuie sur l’application locale d’un produit photosensibilisant que les cellules cancéreuses absorbent plus longuement que les cellules saines. Après un laps de temps, quand la plupart des cellules saines ont éliminé le produit, la zone à traiter est soumise à une certaine lumière qui conduit à la destruction des cellules cancéreuses. En effet, chaque produit photosensibilisant ne réagit qu’à certaines longueurs d’onde.

« C’est une réaction chimique entre le produit, l’oxygène et la lumière », explique Serge Mordon, directeur de l’unité Inserm Onco-THAI (Thérapie laser assistée par l’image pour l’oncologie) à Lille, et qui fait partie des références mondiales en matière de PDT. « Contrairement à la chimiothérapie qui touche des tissus cancéreux mais aussi des tissus sains, c’est un traitement ciblé, souligne le chercheur. Et elle peut, dans certains cas, se substituer ou être utilisée en complément de la chirurgie, en pré- ou post-opératoire. »

Des applications qui se diversifient

La PDT est actuellement employée pour traiter efficacement certains cancers dermatologiques (kératoses actiniques, carcinomes). Mais son champ d’intervention devrait prochainement s’élargir à des cancers localisés sur la prostate, le cerveau, le col de l’utérus, ou les cavités péritonéales et pleurales des poumons. Et ce, grâce au tissu éclairant mis au point par Serge Mordon et l’École nationale des arts et industries textiles de Lille. Réalisé à base de fibres optiques couplées à un laser pour émettre de manière uniforme sur toute sa surface une lumière d’une longueur d’onde précise, le tissu, par sa flexibilité, s’adapte parfaitement à la surface à traiter.
Depuis septembre 2014, l’unité Onco-THAI teste un prototype de bonnet conçu avec ce textile sur des patients atteints de kératoses actiniques, des lésions pré-cancéreuses du cuir chevelu dues à une exposition prolongée aux UV solaires. Les résultats devraient être rendus publics prochainement. Serge Mordon coordonne également un autre projet qui consiste à mettre au point un dispositif portable, permettant ainsi de soigner le patient à domicile. Avec ces avancées, la PDT gagnera en efficacité et en confort.

Pascal Nguyên

Science&Santéle magazine de l'Inserm

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité