Publicité

QUESTION D'ACTU

Rappel de la HAS

Benzodiazépines : efficaces mais pas au-delà de 3 mois

Les benzodiazépines sont efficaces pour traiter l’anxiété et les insomnies, mais pendant une courte période, rappelle la Haute Autorité de Santé dans un rapport.

Benzodiazépines : efficaces mais pas au-delà de 3 mois Franck LODI/SIPA

  • Publié 30.06.2015 à 07h10
  • |
  • Mise à jour le 16.10.2015 à 15h10
  • |
  • |
  • |


Valium, Lexomil, Xanax… 7 millions de personnes auraient consommé ces médicaments anxiolytiques en 2014, dont 16 % pendant plusieurs années. Bien que la Haute Autorité de Santé (HAS) reconnaisse un « intérêt thérapeutique toujours important », elle regrette que la consommation chronique soit encore trop fréquente.

Dans son rapport rendu public ce lundi, la HAS estime que le remboursement à 65 % des benzodiazépines est toujours justifié. Toutefois, face aux effets indésirables (troubles de la mémoire et de la vigilance, chutes…) et du risque de dépendance liés à une consommation prolongée, la HAS rappelle que le traitement doit durer entre 8 et 12 semaines. Les benzodiazépines doivent être prescrits « soit dans un contexte de crise aigüe d’angoisse, soit en seconde intention dans les troubles anxieux ou les troubles de l’adaptation », précise-t-elle.


Un arrêt progressif

Dans ce contexte, les médecins traitants ont un rôle clé. Pour les aider à réduire les prescriptions de longue durée, la HAS publie, en parallèle du rapport, une fiche mémo. « Celle-ci recommande d’évaluer la dépendance au traitement du patient et son degré d’attachement à ces produits pour décider avec lui d’une stratégie adaptée à sa situation », explique la HAS. L’autorité sanitaire souligne également que la démarche d’arrêt du traitement doit se faire au cas par cas. Pour les situations compliquées (patients habitués à de fortes doses, dépendant à l’alcool ou atteints de troubles psychiatriques sévères), le sevrage des benzodiazépines peut nécessiter une prise en charge spécialisée.

La HAS insiste, par ailleurs, sur le fait que le patient doit être acteur de ce processus d’arrêt et choisir le rythme qui lui convient. Pour minimiser les effets du sevrage, l’arrêt des benzodiazépines doit être progressif, et s'étendre sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité