Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 27 personnes

Maladie de Crohn : la vitamine D éviterait les rechutes

La vitamine D en supplémentation permettrait de prolonger les périodes de rémission dans la maladie de Crohn, d'après les résultats d'une étude irlandaise.

Maladie de Crohn : la vitamine D éviterait les rechutes Chameleons Eye/REX/REX/SIPA

  • Publié 15.06.2015 à 14h48
  • |
  • |
  • |
  • |


Un complément alimentaire contenant de la vitamine D pourrait aider à traiter la maladie de Crohn. Un petit essai randomisé a comparé l’effet de ce traitement à un placebo sur la durée de la rémission. Les résultats, publiés dans la revue United European Gastroenterology, sont porteurs d’espoir, même s’ils demandent à être confirmés sur de plus gros groupes.

Maintien de la perméabilité intestinale

Dans la maladie de Crohn, les espoirs de traitement sont maigres. Médicaments et opérations permettent de soulager, dans une certaine mesure, le quotidien des patients. Mais leur efficacité est limitée et les malades alternent souvent entre phases symptomatiques et de rémission.
Dans le cadre de cette étude, l’équipe de l’hôpital St-James de Dublin (Irlande) a recruté 27 patients. La moitié a reçu, au hasard, une supplémentation en vitamine D, l’autre un placebo.

Le complément alimentaire aurait un effet sur la dysfonction de la barrière intestinale observée dans la maladie de Crohn. Les patients du groupe supplémenté ont mieux maintenu l’intégrité de leur barrière intestinale, tandis qu’elle se détériorait dans le groupe placebo. Ce marqueur est important, car il annonce une rechute de la maladie. L’inflammation est également réduite dans le groupe vitamine D.

Une note d’espoir

A ce régime, les chercheurs espèrent donc prolonger les périodes de rémission de la maladie, même si le mécanisme d’action doit encore être déterminé. « Bien que les données demandent à être confirmées, cela abonde dans le sens des preuves déjà fournies par des études expérimentales, qui suggèrent le rôle de la vitamine D dans le maintien de l’intégrité de la barrière intestinale », concluent les auteurs.

Des essais randomisés plus larges sont nécessaires pour confirmer l’effet du traitement. Mais cela fournit une piste de traitement dans une maladie où les options sont très limitées. « C’est une avancée enthousiasmante dans le traitement de la maladie de Crohn, estime  le Dr Charles Murray, expert des maladies inflammatoires de l’intestin. Nous accueillons avec joie tout ce qui pourrait potentiellement aider les patients atteints de cette maladie invalidante. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité