Publicité

QUESTION D'ACTU

Anti-TNF alpha

Maladie de Crohn : personnaliser le traitement avec l'imagerie

Un nouveau test permet de prédire la réponse des patients atteints de maladie de Crohn au traitement par anti-TNF, le plus utilisé actuellement pour réduire les poussées.

Maladie de Crohn : personnaliser le traitement avec l'imagerie SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 24.02.2014 à 19h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Un nouveau test d’imagerie pourrait distinguer les patients atteints de maladie de Crohn, selon leur réponse au traitement. Une étude, parue ce 23 février dans Nature Medicine, décrit une imagerie moléculaire in vivo qui identifie, dans le cadre d’une endoscopie, quels patients répondront à un traitement par anti-TNF.

La maladie de Crohn est une affection inflammatoire chronique du tube digestif. On estime que cinq nouveaux cas surviennent chaque année pour 100 000 Français. Il est possible de traiter les poussées, à l’aide d’anti-inflammatoires ou d’immunosuppresseurs, mais aussi d’éviter les rechutes à l’aide d’un immunosuppresseur particulier : l’anti-TNF (tumor necrosis factor, ou facteur de nécrose tumorale) adalimumab. Ce traitement est un anticorps largement utilisé, mais la réponse des patients est inégale. La moitié d’entre eux ne présente pas une amélioration suffisante des symptômes.

Il est aujourd’hui impossible de déterminer quels patients vont répondre au traitement par anti-TNF. L’étude présente une nouvelle approche chez 25 patients : un anticorps anti-TNF fluorescent est observé pendant une endoscopie. Les chercheurs ont supposé que ceux dont la muqueuse intestinale lie le plus l’anticorps répondront le mieux au traitement. Pour le vérifier, ils ont observé la réponse à 12 semaines puis à un an.
L’hypothèse s’est avérée exacte : les patients qui fixent beaucoup l’anti-TNF répondent à 92 % au traitement. A l’inverse, ceux qui ne le fixent pas bien ne répondent que dans 15 % des cas.
Cette découverte marque un réel progrès dans le traitement de la maladie de Crohn. Il devrait permettre de ne pas exposer les patients qui ne répondront pas au traitement à ses effets indésirables (symptômes digestifs, éruptions cutanées, maux de tête…). Par ailleurs, une telle approche ouvre la voie à une médecine personnalisée de la maladie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité