Publicité

QUESTION D'ACTU

Par rapport aux lignes téléphoniques

Arrêt du tabac : les réseaux sociaux triplent les chances de succès

Arrêter de fumer avec les réseaux sociaux, ça marche. Les chances de réussite au bout d’un mois sont presque triplées chez les jeunes fumeurs.

Arrêt du tabac : les réseaux sociaux triplent les chances de succès Capture d'écran du site Break It Off (Je te laisse)

  • Publié 10.06.2015 à 16h58
  • |
  • |
  • |
  • |


Les réseaux sociaux peuvent aider à arrêter de fumer. Auprès d’un public jeune, ils triplent même les chances de réussite. Une étude canadienne conclut dans la revue Nicotine & Tobacco Research que cette approche peut être complémentaire aux méthodes traditionnelles comme, par exemple, Tabac Info Service.

La campagne en ligne a atteint 37 325 visiteurs uniques au cours du suivi. A ce jour, ils sont 128 000 à avoir « éteint leur cigarette. » Parmi les participants recrutés, 102 ont adhéré au programme Break It Off, qui compare l’arrêt du tabac à la fin d’une relation amoureuse et propose des conseils sur les réseaux sociaux et via une application mobile. 136 jeunes ont choisi de participer au programme traditionnel proposé avec une ligne téléphonique.

Un tiers de succès sur le Net

A 7 et 30 jours, les adeptes de Break It Off étaient plus nombreux à tenter d’arrêter la cigarette. Au bout de 3 mois, un tiers d’entre eux est parvenu à cesser le tabac pendant au moins un mois. Ils n’étaient que 14 % dans l’autre groupe. Le service en ligne triple presque les chances de réussite, selon les chercheurs.

« Ces résultats suggèrent que les fondateurs des campagnes de santé publique doivent évaluer la façon dont ils utilisent les médias et les réseaux sociaux pour améliorer la santé, particulièrement au vu de la population jeune, analyse le principal auteur, Bruce Baskerville. Les services traditionnels ont une portée limitée et, dans une ère digitale, cette faible visibilité réduit leur impact. » Le public visé par cette étude, 19-29 ans, est un gros usager de réseaux sociaux. Cette alternative pourrait donc compléter de manière solide les aides au sevrage déjà disponibles.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité