Publicité

QUESTION D'ACTU

AIDES

Dépistage de l'hépatite C : les associations réclament des tests rapides

Afin de mieux dépister l'hépatite C chez les personnes exposées, les associations réclament des tests rapides. Pour les spécialistes de l'infection, le dépistage concerne aussi le grand public. 

Dépistage de l'hépatite C : les associations réclament des tests rapides CORNIER GAEL/SIPA

  • Publié 03.06.2015 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est une nouvelle encourageante. Une étude publiée ce mardi dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) indique qu’entre 2004 et 2014, le nombre de personnes non diagnostiquées pour l’hépatite C a diminué. Contre 100 000 auparavant, il y aurait aujourd’hui 74 102 adultes qui ignorent leur maladie dans l'Hexagone. C’est l’équivalent d’une ville comme La Rochelle (Charente-Maritime).
Alors, même si « La France est aujourd’hui l’un des pays où les taux de dépistage des infections à VHB (virus de l’hépatite B, ndlr) et à VHC (virus de l’hépatite C, ndlr) sont les plus forts et le nombre de patients traités le plus élevé », les associations appellent à intensifier les efforts sur le dépistage.

 

Dépister pour guérir en trois mois

Dans un communiqué de presse publié en début de semaine, AIDES (1) écrit que les tests rapides de l'hépatite C devraient être mis à disposition des associations. Une urgence lorsqu’on sait, qu’aujourd’hui, de nouvelles molécules permettent une guérison de l’infection en trois mois. « Ces nouveaux traitements antiviraux n'auront l'effet escompté que s'ils s'accompagnent d'une offre de dépistage efficace, en proximité avec les populations les plus exposées (usagers de drogues, détenus) », explique Bruno Spire. Le président d’AIDES rappelle d'ailleurs à l’Etat l'expertise acquise par son association depuis 2010 dans le dépistage rapide du VIH qui doit être, selon lui, « mise au service de la lutte contre l'hépatite C ».

Surtout que ce dépistage « militant » a de nombreux avantages comparé à la traditionnelle prise de sang : mobile, sans prise de sang et à résultat rapide (en 15 minutes environ). Proposé au plus près des publics vulnérables, il permet enfin des taux de découvertes de séropositivité largement supérieurs à l'offre de dépistage classique. Le risque de passer à côté d’un cas est de moins de 1 %, affirment les experts.

 

Une attente incompréhensible

Ces « TROD » (tests rapides d'orientation diagnostique) étaient pourtant attendus pour mai 2015 en France « mais certains acteurs du monde de la santé freinent leur arrivée », accuse Bruno Spire. Il conclut en insistant sur les dangers de cette situation de blocage « à cause de l’évolution lente et silencieuse (juste une fatigue chronique) de l’infection qui peut mener à des complications gravissimes (cirrhose puis cancer du foi). 2 600 personnes décèdent chaque année en France des suites directes de l’hépatite C ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Les recommandations pour le grand public

Mais pour d’autres spécialistes des hépatites virales, fournir des tests rapides de l’hépatite C aux associations n’est pas la solution miracle. Contacté par Pourquoidocteur, le Pr Victor de Lédinghen, secrétaire de l’Association Française pour l’Etude du Foie (AFEF) confie : « parmi les plus de 74 000 patients qui s’ignorent en France, il y a effectivement les usagers de drogue pour lesquels les "TROD" sont un élément de diagnostic. Mais la grande majorité de ceux qui ignorent leur statut n’ont pas de facteur de risque particulier actuel. C’est-à-dire qu’ils n’utilisent pas de la drogue ou ne sont pas en prison. Ils ont rencontré le virus il y a plusieurs années sans qu'on ne le cherche jamais. »
Ce spécialiste estime que, dans ces cas "grand public", les TROD ne sont pas adaptés. Pour lui, l'ensemble des Français doit plutôt se rendre chez le médecin généraliste et faire une prise de sang afin de se faire dépister.

Ecoutez...
Pr Victor de Lédinghen, responsable du Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine : « Si l'on se réfère aux dernières recommandations du Pr Dhumeaux il faut dépister une fois dans leur vie tous les hommes qui ont entre 18-60 ans et les femmes au moment d'une grossesse. »

 

Une maladie contagieuse

Et le dépistage est un acte de santé publique « important » d’après le chef du Service d’Hépato-Gastroentérologie et d’Oncologie digestive (CHU Bordeaux) car l’hépatite C est une maladie « contagieuse ». « Elle ne se transmet pas par le sexe mais par le sang », précise-t-il.
En effet, selon le dernier BEH, parmi l’ensemble des personnes non diagnostiquées pour une hépatite C chronique, 32,4 % rapportaient avoir été transfusées avant 1992 (année de mise en œuvre du dépistage systématique des anticorps anti-VHC dans les dons de sang), 6,0 % un usage de drogues par voie intraveineuse au moins une fois au cours de la vie et 13,9 % étaient nées dans un pays de moyenne ou forte endémicité du VHC.

Ecoutez...
Pr Victor de Lédinghen : « L'hépatite C, on a pu l'attraper autrefois lors des transfusions jusqu'en 1992. Ou quand on a utilisé de la drogue dans une soirée. Et puis ce sont toutes les contaminations par des gestes médicaux mais il y a longtemps, 20-30 ans... »


(1) Première association française de lutte contre le VIH / sida et les hépatites 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité