Publicité

QUESTION D'ACTU

Appel à la grève

Manuel Valls ne plie pas face aux médecins

Manuel Valls est resté ferme avec les syndicats de médecins. Il a annoncé une conférence avec les praticiens après le vote de la loi Santé. La provocation de trop pour les professionels.

 Manuel Valls ne plie pas face aux médecins NICOLAS MESSYASZ/SIPA

  • Publié 20.03.2015 à 17h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que les députés ont voté en commission dans la nuit de mercredi l'amendement gouvernemental au projet de loi Santé introduisant la généralisation du tiers payant, Manuel Valls recevait ce jeudi les médecins en colère.
Et le conflit entre les deux parties va perdurer puisque la rencontre entre le Premier ministre et les représentants des organisations syndicales, en présence de Marisol Touraine, s'est révélée infructueuse. Les syndicats relatent l'impasse de la situation. 

Une provocation de plus selon les syndicats
Dans un communiqué de presse, l’UNOF-CSMF (1), l'un des principaux syndicats de généralistes, dénonce « la fuite en avant dans laquelle s’est engagé ce gouvernement avec une Ministre de la Santé qui demande une procédure accélérée - malgré la multiplication des amendements, le débat sera limité à une semaine - pour faire voter sa loi et éviter ainsi un débat démocratique. »
Le syndicat s'offusque aussi que « tout en accusant les médecins d’être "méchants" avec elle, le Premier Ministre annonce une Conférence de Santé qui ne se tiendra qu’après le vote de la loi ! »
Pour ces praticiens, le calendrier de ce « Grenelle » constitue donc une provocation de plus, et non une main tendue.

Une grève lors d'une « Journée Santé Morte » le 31 mars 
Pour cette raison, l’UNOF-CSMF appelle donc à une « Journée Santé Morte » le 31 mars, le jour où débute le débat sur le projet de loi de santé à l’Assemblée Nationale. Ave une fermeture des cabinets médicaux et une grève de la permanence des soins du 30 mars à 20h au 1er avril 8h. 

Le syndicat demande également à l’ensemble des médecins généralistes libéraux de poursuivre leur grève administrative (déclaration Médecin Traitant, arrêt de travail…) sans pénaliser leurs patients par la grève de télétransmission. De plus, ce syndicat souhaite que les professionnels désormais refusent de recevoir dans leurs cabinets les délégués de l’Assurance maladie et les médecins conseils.
Contacté par Pourquoi Docteur, le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), a lui aussi confié sa déception. Il pensait qu'après la mobilisation exceptionnelle des médecins le 15 mars, le gouvernement serait plus enclin à céder aux revendications des médecins. Il indique avoir redemandé au Premier ministre le retrait pur et simple du projet de loi. 

(1) Union Nationale des Omnipraticiens Français-Confédération des syndicats médicaux français



Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité