Publicité

MIEUX VIVRE

Rapport de l'Agence du médicament

Prothèses mammaires : ce que veulent savoir les femmes

Aujourd'hui, 340 000 Françaises seraient porteuses d'implants mammaires. Face à un chiffre qui ne cesse d'augmenter, l'Agence du médicament répond aux interrogations des femmes.

Prothèses mammaires : ce que veulent savoir les femmes DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 06.05.2014 à 18h23
  • |
  • |
  • |
  • |


Depuis l'affaire des prothèses mammaires frauduleuses PIP, ces implants en silicone font partie des dispositifs médicaux implantables faisant l’objet d’une surveillance particulière par l’Agence de sécurité du médicament (ANSM). Dans ce cadre, cette autorité sanitaire a publié ce mardi un rapport sur leur utilisation en France. Et visiblement, malgré le scandale, les Françaises ne semblent pas découragées.

Pour preuve en 10 ans, le nombre de femmes optant pour une augmentation mammaire a doublé, atteignant les 48 000 en 2013. Résultat, depuis 2001, pas moins de 610 000 implants mammaires remplis de gel de silicone ont été vendus par huit sociétés différentes. Toutes sont étroitement surveillées par l’ANSM, qui ne signale « aucune non-conformité susceptible d’engendrer un risque pour la santé des patients » depuis 2010, date du scandale PIP. Dans ce contexte, l'ANSM a aussi tenu à répondre aux interrogations des femmes intéressées par cette chirurgie. 

Quels sont les risques associés au port d’implants mammaires ?
Plusieurs complications peuvent être observées suite à la pose d’implants mammaires : la formation de « coque » ou contracture capsulaire, la rupture de l’implant, la formation de plis ou d’aspects de vagues, l’apparition de réactions inflammatoires, infections, douleurs... Cette liste n’est pas exhaustive. 
En effet, il est par exemple mentionné dans le rapport de l’Institut national du cancer (INCa) de mars 2014 que le lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) est une pathologie extrêmement rare qui n’a été qu'observée que chez les femmes porteuses d’implants mammaires. Sur la base des données du réseau expert national de double lecture des lymphomes  (LYMPHOPATH), 9 cas de lymphomes mammaires associés à la présence d’un implant mammaire ont ainsi été enregistrés depuis l’ouverture du réseau le 1er janvier 2010.
Cependant, la majorité des cas décrits a présenté une évolution favorable avec un traitement local. En revanche, ce rapport mentionne que les données actuellement disponibles confirment l’absence de sur-risque d’adénocarcinome mammaire chez les femmes porteuses d’implants en comparaison avec la population générale. 

Combien de temps garder ses implants sans avoir besoin de les changer ?
Chaque fabricant doit communiquer des informations sur la durée de vie attendue des implants qu’il met sur le marché. Toutefois, il est difficile d’estimer précisément cette durée puisqu’elle dépend des caractéristiques propres à chaque personne implantée (tolérance du corps vis-à-vis de l’implant, antécédents médicaux, état de santé...) et de la survenue éventuelle de complications.
Une femme porteuse d’un implant doit s’attendre à avoir d’autres interventions liées aux implants dans sa vie, au moins pour le retrait ou l’éventuel changement d’implants. Il est important que la personne implantée soit suivie régulièrement par un médecin. 

Dans quel délai peut survenir la rupture d’implant ?
Selon les déclarations d’incidents rapportées à l’Agence, le taux de ruptures (soit le ratio entre le nombre d’implants rompus et le nombre total d’implants posés) varie de 0,01 à 0,30 %. Selon ces mêmes déclarations, le délai moyen d’apparition de rupture d’implant est de 7,6 ans (délai variant de quelques mois à plusieurs dizaines d’années). Ce délai dépend des conditions opératoires et des caractéristiques propres à chaque personne implantée (tolérance du corps vis-à-vis de l’implant, antécédents médicaux, état de santé...) et de la survenue éventuelle de complications. 

La présence d’implants mammaires perturbe-t-elle le dépistage du cancer du sein par mammographie ?
Des études indiquent que le cancer du sein chez les femmes ayant des implants n'est pas diagnostiqué de façon retardée par rapport aux femmes sans implants. Ces affirmations de l'Agence contredisent toutefois un étude canadienne publiée le 1er mai dans le très célèbre British Medical Journal (BMJ). Selon ces chercheurs, la présence d'implants mammaires entraînerait un dépistage plus tardif du cancer du sein.

Puis-je allaiter mon enfant si je porte des implants mammaires ?
Il existe des éléments qui suggèrent que la quantité de lait produite par certaines femmes ayant des implants mammaires est réduite. La réduction de la production de lait peut se produire si les implants sont posés par la voie péri-aréolaire, car cette pose peut couper des conduits de lait.
En ce qui concerne les risques éventuels pour les bébés des femmes qui allaitent en étant porteuses d'implants mammaires en gel de silicone, il n'existe aucune preuve de conséquences à ce jour.

La sécurité est-elle assurée dans la fabrication des implants mammaires ?
Onze fabriquants d'implants mammaires en silicone ont fait l'objet d'une inspection par l"ANSM entre 2010 et 2013. Huit de ces sociétés commercialisent des implants en silicone en France : Allergan, Laboratoire Arion, Cereplas, Eurosilicone, PVP-Sebbin, Polytech-Silimed, Mentor, et Perouse Plastie.
A ce jour, l'ANSM ne dispose pas d'éléments pouvant remettre en question la sécurité d'utilisation des implants mammaires en silicone mis sur le marché français.

Source : "Questions/réponses sur les implants mammaires en gel de silicone : le point en 15 questions" / ANSM 


 

 

 







X

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité