Publicité

MIEUX VIVRE

Campagne de prévention

Grossesse : des médecins proscrivent les perturbateurs endocriniens

Des médecins limousins lancent une campagne pour limiter l’exposition des femmes enceintes et de leur fœtus aux perturbateurs endocriniens.

Grossesse : des médecins proscrivent les perturbateurs endocriniens epictura/valuavitaly

  • Publié 13.05.2016 à 11h49
  • |
  • |
  • |
  • |


Ils sont partout : dans nos assiettes, dans l’air que l’on respire, dans les crèmes que l’on s’applique. Les perturbateurs endocriniens envahissent notre quotidien et bouleversent les systèmes hormonaux des populations, sur plusieurs générations. Les premiers à en faire les frais sont les bébés exposés in utero, particulièrement sensibles aux effets délétères de ces substances chimiques.

Pour lutter contre ce scandale sanitaire, connu et reconnu sans jamais désenfler, plus de 2000 médecins, gynécologues et endocrinologues lancent une campagne d’information sur les perturbateurs endocriniens et les moyens de limiter l’exposition. Avec le slogan « la société doit protéger les femmes enceintes et leurs bébés », cette campagne initiée par l’association « Alerte des Médecins sur les Pesticides » se penche sur les populations les plus vulnérables.

Identifier les situations à risque

Dès ce jeudi, ces médecins vont afficher des messages de sensibilisation dans les salles d’attentes des cabinets médicaux et des hôpitaux – deux services hospitaliers de Limoges ont déjà affiché leur soutien. Ils vont également distribuer des brochures aux couples qui s’apprêtent à avoir un enfant.

Les gestes du quotidien sont passés au crible, afin de déterminer les niveaux d’exposition des personnes. « Je réchauffe des aliments dans des récipients en plastique ou avec des revêtements antiadhésifs », « Je projette de refaire à neuf une chambre pour le bébé », mais aussi « J’utilise de nombreux produits d’entretien et des insecticides dans la maison »… Autant de situations qui doivent alerter les futurs parents.

Conseils pratiques

De manière très pratique, les médecins fournissent des conseils pour limiter l’exposition - utiliser des récipients en verre, consommer bio, bannir les insecticides et herbicides, les lingettes pour le change des bébés, les parfums d'ambiance, les poêles revêtues de téflon, éviter le contact des aliments avec toutes les sortes de plastiques (particulièrement en cas de chauffage au micro-ondes), préférer les cosmétiques bio… 

« Il est temps de traduire les données de la recherche en objectifs de prévention », insistent les professionnels, alors que les données scientifiques sur la toxicité des perturbateurs endocriniens s’accumulent dans l’indifférence générale et l’immobilisme politique.

De fait, à ce jour, seul le bisphénol A est interdit dans les biberons et contenants alimentaires. Consciente des risques, l’Europe a prohibé les perturbateurs endocriniens en 2013 par principe de précaution. Seulement, depuis cette date, une liste de critères doit être établie afin de définir ce qui est un perturbateur endocrinien et ce qui ne l’est pas. Trois ans plus tard, on attend toujours la liste.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité