Publicité

MIEUX VIVRE

The Lancet

Le recours à l'avortement diminue dans les pays riches

En 25 ans, le taux d'avortement a significativement diminué dans les pays développés alors qu'il reste stable dans les pays pauvres. 

Le recours à l'avortement diminue dans les pays riches Samy Soussi/Flickr

  • Publié 12.05.2016 à 13h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Le recours à l’avortement a diminué au cours de ces 25 dernières années dans les pays riches pour atteindre un niveau historiquement bas, selon une vaste étude parue ce jeudi dans la revue britannique The Lancet. Mais dans les pays pauvres où l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est une pratique dangereuse, le taux d’avortement reste élevé, alors qu’il pourrait être évité avec un accès à la contraception.

Ces travaux menés par l’Organisation mondiale de la santé et l’Institut américain Guttmacher ont estimé que 56 millions d’avortements ont été pratiqués entre 2010 et 2014, contre 50 millions entre 1990 et 1994 dans le monde. Mais compte-tenu la hausse de la population mondiale, le taux d’avortement est passé de 40/1000 femmes (1990-1994) à 35/1000 femmes ( 2010-2014). 


Un taux stable en France

Selon cette analyse, cette diminution est principalement due à une forte baisse du taux d’avortement de l’Europe de l’Est. En effet, en 25 ans, le nombre de femmes ayant recours à l’IVG a été diviée par deux (de 88 sur 1000 femmes à 42) grâce à une contraception orale ou des accès préservatifs plus faciles. Le reste de l’Europe affiche également un taux d’avortement en baisse.

Néanmoins, à l’échelle des pays européens, la tendance est moins visible notamment en France. Toutes les études confirment en effet que le recours à l’IVG est stable depuis plusieurs décennies. Chaque année, environ 210 000 femmes choisissent d'abréger leur grossesse. Dans notre pays, cette décision n’est pas liée principalement à un défaut de couverture contraceptive mais plutôt à un échec de celle-ci, un oubli ou un accident de préservatif.


Une criminalisation inefficace

En revanche, dans les pays où ils existent des lois restrictives, les avortements clandestins tendent à progresser. En Afrique, région où la grande majorité des IVG sont illégales, le taux annuel est resté le même : 33 avortements pour 1000 femmes entre 1990 et 1994 et 34 pouces dernières années. Les auteurs ajoutent qu’en Amérique latine, 1 grossesse sur 3 n’est pas menée à terme, une proportion plus élevée que dans tout autre région alors même qu’elle est l’une des plus restrictives.

Les chercheurs révèlent que le taux d’avortement est similaire dans les pays qui l’autorisent et dans les pays qui l’interdisent. « L’interprétation la plus évidente est que criminaliser l’avortement ne permet pas de le prévenir, au contraire il conduit les femmes à avoir recours à des méthodes illégales, relève le Pr Diana Greene de l’université de Californie dans un éditorial publié lui aussi dans The Lancet.
Les femmes qui vivent dans des pays où la loi prohibe l’avortement ont très peu accès aux services du planning familial, y compris la contraception, l’information et les conditions sûrs pour pratiquer l’avortement. Conséquence : ces femmes font face à un risque accru de mortalité, ou porteront des enfants qu’elles ne sont pas prêtes à élever ». 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

bréfg

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité