Publicité

QUESTION D'ACTU

Foot professionnel : les joueurs plus à risque de démence


  • Publié 15.02.2017 à 12h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Voilà une étude qui pourrait bien gâcher le réveil des joueurs du PSG, après leur victoire historique contre Barcelone, ce mardi soir. Des scientifiques de l’Institut de neurologie de l'University College London alertent sur les risques accrus de démence chez les footballeurs professionnels.

Les conclusions de l’équipe du Dr Helen Ling ne se fondent pas, comme souvent, sur des résultats d’imagerie cérébrale mais sur… des autopsies, révèle l’Agence France-Presse qui relaie ces travaux. C’est en observant le cerveau de six anciens joueurs professionnels et en analysant les dossiers cliniques de 13 autres joueurs hospitalisés pour démence que les scientifiques ont établi un lien entre démence et pratique du foot.

Quatre des six cerveaux disséqués montraient des signes d’encéphalopathie traumatique chronique (ETC). Cette pathologie est connue pour toucher les sports où la boîte crânienne peut subir des coups violents, comme la boxe ou le football américain. Les chocs sont moins violents dans le football, mais c’est la répétition des impacts qui pourrait être dommageable. Les « têtes » avaient déjà été accusées de perturbations cognitives chez les joueurs, mais cette étude ne permet pas de déterminer si elles sont en cause dans les dommages cérébraux observés.

Les chercheurs concluent pour l’heure à « un lien potentiel » entre foot et ETC. Les joueurs autopsiés étaient en effet également atteints de la maladie d’Alzheimer. Cause ou conséquence de l’ETC ? Liée au foot ou pas ? « Il est probable que ce soit une combinaison de ces deux maladies qui a provoqué la démence chez les footballeurs », estime le Dr Ling, qui ne dispose cependant pas encore d’éléments suffisants pour répondre de manière tranchée.

La spécialiste souligne qu’il y a désormais un « besoin urgent » de mieux comprendre et identifier les risques auxquels sont exposés les joueurs professionnels. « Une étude de grande échelle est indispensable et la coopération des organisations professionnelles, de la Fédérations anglaise et de la Fifa sera nécessaire », insiste Helen Ling.

Que les amateurs du ballon rond se rassurent tout de même : les scientifiques estiment que la pratique loisir du foot n’est pas dangereuse. Les risques pour le cerveau seraient « extrêmement faibles ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité