Publicité

QUESTION D'ACTU

Contre le tiers payant généralisé, la Loi de Santé…

Généralistes : une grève pour une consultation à 25 euros

Opposés au tiers payant généralisé, les généralistes seront en grève ce jeudi. A l'appel du syndicat MG France, ils veulent aussi une consultation à 25 euros, comme les spécialistes. 

Généralistes : une grève pour une consultation à 25 euros Guillaume Collet/SIPA

  • Publié 05.02.2015 à 12h24
  • |
  • |
  • |
  • |


« Médecin généraliste en danger, cabinet fermé », c'est le mot d'ordre lancé ce jeudi par les médecins de MG France, principal syndicat de généralistes. Ces derniers fermeront donc leur cabinet toute la journée du 5 février, et ils appellent déjà à une prochaine journée de grève le 19 mars, quatre jours avant le premier tour des élections départementales, a confié au Quotidien du médecin, le président de l'organisation, le Dr Claude Leicher. Pourquoi Docteur vous explique les raisons de cette colère.


Le tiers payant généralisé comme point de blocage

Depuis plusieurs semaines, les médecins généralistes s'opposent à la Loi de Santé, et notamment à la généralisation du tiers payant prévue pour 2017. Il s'agit de la non avance des honoraires du médecin par le patient. Sur ce sujet, MG France rappelle que les généralistes appliquent déjà le tiers payant généralisé pour certains patients (CMU-C, AME, ACS, etc.) « Donc arrêtons de dire que les généralistes y sont opposés ! Mais le projet de loi de Santé fait craindre aux généralistes une surcharge administrative. Ils seraient en effet contraints d’avancer sur leur trésorerie le paiement des consultations, en lieu et place du patient, puis de se faire rembourser par la Sécurité sociale et les assureurs complémentaires. Cela les contraindrait à tenir les comptes des remboursements et plus encore à courir après les 652 mutuelles françaises…», s'inquiète le syndicat.


Des garanties de paiement

Les généralistes ne s'opposent donc pas par principe à cette mesure, mais ils veulent l’assurance d’être payés pour leur travail par un système simple et fiable. Dans un entretien récent à Pourquoi Docteur, Claude Leicher exigeait les garanties suivantes : « il faut que la loi précise que si c'est le régime obligatoire qui nous paye, ce dernier ait une obligation de nous verser l'argent. Et lorsqu'il ne nous verse pas l'argent, à l'identique d'une banque, il doit nous signaler ce qu'il ne nous a pas versé. De telle sorte que le médecin n'ait pas à regarder la totalité de ces actes pour vérifier que tout a été payé. On inverse la charge de la preuve. Sur ce sujet encore Marisol Touraine dit nous entendre. Mais en réalité le dossier ne bouge pas. » Aux dernières nouvelles, le dossier serait encore bloqué.

Pour une rémunation identique aux spécialistes
Enfin,  ce syndicat veut aussi que la ministre mette fin à l'avenant 19 (de la convention nationale) qui prive la médecine générale de la consultation à 25€. Pour Claude Leicher, les 23 euros actuels ne sont plus tenables : « Passer rapidement à ce tarif est indispensable pour que nous remplissions par exemple les obligations qui nous sont imposées pour l'accessibilité des cabinets médicaux. Enfin, la visite à domicile à 33 euros (qui date de 2002, NDLR) doit passer à 56 euros. Car contrairement à avant, toutes les visites aujourd'hui sont longues, pour des patients âgés, polypathologiques, et en perte d'autonomie. Bref, en gros, nous ne voulons plus être payés en dessous des autres. Si ce n'est pas le cas, bientôt, plus aucun médecin généraliste ne se déplacera », concluait-il.
Et dans ce mouvement MG France n'est pas seul, il est suivi par la nouvelle génération de praticiens, celle du Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG). 




 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité