Publicité

QUESTION D'ACTU

Dysfonctionnement du process pharmaceutique

Médicaments détruits : le CHU de Rennes se défend

Le CHU de Rennes a admis qu'il détruisait 30 000 euros de médicaments encore valables chaque année depuis quatre ans. La faute à une législation sur la sécurité des produits "extrêmement contraignante" selon l'établissement.

Médicaments détruits : le CHU de Rennes se défend CHU de Rennes (Pontchaillou)

  • Publié 14.06.2014 à 13h50
  • |
  • |
  • |
  • |


30 000 euros de médicaments encore valables seraient détruits au CHU de Rennes tous les ans ! Et cela depuis quatre ans. L'addition a en effet été présentée par l'établissement de santé breton dans un communiqué publié jeudi. Ce scandale, dénoncé il y a quelques jours par le syndicat SUD-Santé Sociaux aurait pour origine le process pharmaceutique conçu par une filiale de la société Eiffage. Celui-ci présente des dysfonctionnements « particulièrement liés à l’automatisation de l’ensemble du processus, à sa gestion informatisée et à des locaux à l’évidence sous-dimensionnés », écrit le centre hospitalier. Face à ce constat, André Fritz, le directeur général du CHU Pontchaillou a souhaité répondre aux accusations des syndicats. Même s'il reconnaît certains dysfonctionnements, il estime qu'il est difficile de faire autrement. 


Pharmacie hospitalière : un circuit sécurisé mais extrêmement contraigant

Dans cette histoire, tout commence le 7 juin dans les colonnes du quotidien Le Parisien. Ce jour-là, des syndicalistes dressent un constat sévère concernant le fonctionnement de cet établissement breton. Selon eux, ce sont plusieurs tonnes de marchandises qui auraient été incinérées au cours des quatre dernières années.
A cette accusation, André Fritz se défend en rappelant que « la législation et la réglementation sur la sécurité du circuit du médicament dans un hôpital est extrêmement contraignante. Parce qu'elle veut garantir la sécurité du patient. Mais la contrepartie de cette sécurité c'est des difficultés d'organisation. Aujourd'hui, depuis quatre ans et le nouveau process pharmaceutique, les médicaments reviennent pour garantir la sécurité des patients. Et souvent, nous faisons ça de façon volontaire pour éviter que les produits se périment. Et ce dernier de marteler que « ce sont les impératifs de sécurité et d'hygiène qui nous contraignent à jeter certains produits. Mais la sécurité ici a un prix. Il vaut mieux une perte, plutôt qu'un patient subisse un préjudice à cause d'un médicament qu'on n'aurait pas dû lui administrer (périmé, non respect de la chaîne du froid...). »

Médicaments : 30 000 € détruits contre 2 millions d'€ réintégrés
Par ailleurs, le directeur général indique que son établissement remet aussi dans le circuit de la pharmacie hospitalière (et de façon sécurisée) « 2 millions d'euros de médicaments. Si on rapporte cette somme au 30 000 d'euros de médicaments détruits, je pense que l'on est gagnant. Et honnêtement, mon sentiment est que nous n'arriverons pas à ramener cette somme à zéro. »
Pour conclure, André Fritz indique que désormais il travaille « à la mise en place d’un outil spécifique qui permettra de chiffrer le montant des retours détruits sur une année, l’objectif étant que les mesures à prendre ne coûtent pas plus chères que le coût des destructions. »  

Le don de ces médicaments aux ONG impossible 
Enfin, la question du don de ces médicaments aux ONG est parfois évoquée mais la réglementation est formelle, rappelle le CHU de Rennes. La délivrance de médicaments non périmés à ces structures ne peut être effectuée que par l’industrie pharmaceutique, conclut André Fritz.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité