Publicité

QUESTION D'ACTU

Sondage IFOP pour Générale de Santé

Urgences : les Français ne veulent pas attendre plus de 30 min

Pour la 1ère fois en France, un acteur hospitalier s'engage sur la transparence des délais, répondant à une attente de plus de 8 français sur 10. Ces derniers aimeraient attendre 30 min maximum.

Urgences : les Français ne veulent pas attendre plus de 30 min C. VILLEMAIN/20 MINUTES/SIPA

  • Publié 16.05.2014 à 18h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans un sondage IFOP (1) pour Générale de Santé (2), le premier groupe français d’hospitalisation privée, plus d’un Français interrogé sur deux (58 %) juge que le temps d’attente raisonnable dans un service d’urgences devrait être inférieur à 30 minutes. Mais dans les faits, les deux-tiers (68 %) des Français qui ont fréquenté un service d’urgences au cours des cinq dernières années déclarent avoir attendu plus de 30 minutes. Par ailleurs, la quasi-totalité des Français (95 %) déclare que l’affichage des temps d’attente, aux urgences, pour les patients avant d’être pris en charge par le personnel médical est « utile ». Ils sont même 81 % à juger cette information « indispensable ».

1ère en France : un affichage des délais d'attente en temps réel
Et pour répondre à cette attente essentielle aux yeux des Français, ce groupe qui compte 20 services d'urgences dans l'Hexagone a mis en place fin 2013 dans les services d’urgences de ses deux hôpitaux privés d’Antony (92) et du Blanc-Mesnil (93) une méthode pour mesurer et afficher le délai d’attente des patients avant leur prise en charge. 
Cette information est désormais disponible sur les sites Internet des établissements affichant le délai entre l’admission et le début de la prise en charge par un soignant (infirmière ou médecin). Elle permet donc au patient d’avoir une indication sur le temps d’attente avant sa venue. Ce délai est actualisé en temps réel à l’Hôpital privé de la Seine-Saint-Denis. A l'hôpital privé d’Antony, on affiche également le temps d’attente moyen du mois précédent, en rappelant également les temps des 3 mois précédents. « Cette démarche de transparence, tout à fait inédite, sera déployée dans les autres établissements », précise d'ores et déjà la Générale de Santé dans un communiqué de presse publié ce vendredi.


Source : Hôpital privé de la Seine-Saint-Denis (93)

Des pratiques médicales revues et corrigées 

Par ailleurs, Générale de Santé explique avoir repensé l’organisation de ses urgences à partir des besoins et des attentes des patients : être accueillis, écoutés et pris en charge dans les plus brefs délais et en accédant au meilleur de la technologie médicale. Différentes mesures ont ainsi été mises en place pour améliorer l’efficience de la prise en charge, parmi lesquelles : la proximité des espaces (radiologie, laboratoires, blocs, etc.), la double lecture des radios à distance, et enfin la collaboration étroite entre urgentistes et chirurgiens présents sur le même site qui permet d’assurer, outre un avis spécialisé immédiat, une intervention chirurgicale en cas de besoin.

(1) Enquête réalisée en ligne du 12 au 17 mars 2014 auprès d’un échantillon de 1009 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

(2) Générale de Santé est le 1er groupe français d'hospitalisation privée. Les 75 établissements du Groupe, dont 27 hôpitaux privés, accueillent 1 million de patients par an : urgences, chirurgie, médecine, maternité, convalescence et rééducation.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité