Publicité

QUESTION D'ACTU

Enquête de l’association France Côlon

Cancer colorectal : les malades sont appelés à témoigner

Les Français connaissent bien le cancer colorectal… quand ils n’en sont pas atteints. Pour mieux évoquer la réalité, une association recueille les témoignages d’anciens malades.

Cancer colorectal : les malades sont appelés à témoigner Un colon à échelle agrandie montrant l'évolution d'un cancer (Rich Pedroncelli/AP/SIPA)

  • Publié 28.04.2014 à 16h08
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cancer colorectal : bien connu des Français mais mal identifié. Pour remédier à ce problème, l’association France Côlon lance une grande enquête de mai à octobre. Elle rassemblera les témoignages de patients atteints de ce cancer. A l’occasion d’un point presse, l’association a aussi révélé un sondage Ifop sur la perception qu’en ont les Français.

 

Un manque d’information

Troisième cancer en France et deuxième forme la plus mortelle de la maladie, le cancer colorectal est connu de 95% des sondés. Mais qu’en savent-ils vraiment ? Parmi les clichés à la vie dure figure l’âge des patients. Pour une immense majorité des sondés, la maladie touche avant tout les plus de 50 ans. Pourtant, il peut frapper les plus jeunes. 76% d’entre eux considèrent, à raison, que des d’antécédents familiaux ou une maladie inflammatoire chronique sont des facteurs de risque. La consommation excessive d'alcool ou de viande rouge sont également bien identifiés. En revanche, pour la plupart des interrogés, le cancer colorectal se soigne et se dépiste facilement. S’il est vrai qu’il est évitable dans 8 cas sur 10, les principaux concernés boudent le dépistage.

 

Les sondés sont nombreux (58%) à penser que les malades sont bien informés sur leur maladie et leur traitement. Des affirmations que dément Dominique Perriot, ancien malade, dans un communiqué : « Après mon intervention chirurgicale au rectum, j’ai suivi une hormonothérapie qui n’a pas été sans effet secondaire, ce que j’ignorais complètement. Cela a duré pendant près d’un an [sic]. A ma sortie de l’hôpital, j’ai également rencontré des difficultés dans mon parcours de soins à cause du manque de coordination entre les professionnels de santé. »

 

Développer la recherche clinique

En recueillant les témoignages de patients, l’association France Côlon espère récolter des informations sur « les difficultés auxquelles sont confrontés les malades dans leur vie quotidien », précise Jean-Louis Bertou, son fondateur. Les participants pourront donc aborder les sujets du dépistage, du diagnostic, la façon dont ils ont vécu le traitement et l’impact qu’a eue la maladie sur leur vie quotidienne. L’objectif, à terme, est de tenir compte des témoignages pour faire évoluer la pratique.

Le sondage éclaire aussi sur la vision qu’ont les Français de la recherche : ils sont une majorité à estimer que les malades ne peuvent pas bénéficier des essais cliniques. « Il y a des nouveautés, de nouvelles molécules sont développées, et la France a besoin de se positionner en recherche clinique », confirme dans un communiqué le Pr Christophe Tournigand, chef du service d’oncologie médicale à l’hôpital Henri-Mondor (Paris).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité