Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer du sein

Opérer et irradier en même temps

Irradier la zone d'une tumeur du sein pendant l'opération épargne 10 séances de radiothérapie. L'Institut du cancer entame l'évaluation médico-économique de la radiothérapie peropératoire.

Opérer et irradier en même temps Le Pr Gilles Houvenaeghel, Institut Paoli-Calmettes (Vidéo IPC)

  • Publié 15.03.2012 à 14h51
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans le cadre d’un traitement classique du cancer du sein nécessitant une opération chirurgicale, une patiente doit subir six semaines d’irradiation à raison d’une séance par jour. Mais que se passe-t-il si l’on pratique une séance de rayon pendant que la patiente est encore sein ouvert sur la table d'opération ? Les radiations frappent alors très précisément le lieu ou se trouvait la tumeur. L'efficacité de cette unique séance est telle que la patiente peut alors se passer de 10 séances de radiothérapie. Ce qui représente une semaine et demi de traitement en moins.

 

Pr Gilles Houvenaeghel, chirurgien cancerologue, Institut Paoli Calmette, Marseille: "La zone d'irradiation est exactement au bon endroit."

 

Dans certains cas, pour des petites tumeurs ou chez des patientes âgées de plus de 60 ans, il estt même envisageable de se passer totalement de radiothérapie après l'opération. Cette technique est encore peu rependue en France mais pourrait connaître un rapide développement. Depuis février, ce sont en effet sept centres anticancéreux qui l'utilisent en France, et l'Institut national du cancer (Inca) commence, de son coté, à en évaluer l’intérêt médico-économique.

La radiothérapie peropératoire nécessite cependant des installations coûteuses. La salle d’opération doit être plombée pour ne pas laisser les radiations s’échapper du bloc, et il faut installer une machine dédiée avec un bras articulé pour placer l'émetteur au niveau de la plaie. En outre, le pupitre de commande doit se situer à l'extérieur de la salle. Il y a également la question de la formation du personnel. Des investissements conséquents donc, mais qui pourraient valoir le coup, c'est ce que déterminera l'étude de l'Inca. Car plus de 20 000 patientes seraient concernées par la radiothérapie peropératoire.

 

Pr Gilles Houvenaeghel : "Ca reviendrait trois à quatre fois moins cher."

Pour en savoir plus

La radiothérapie peropératoire

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité