Publicité

QUESTION D'ACTU

Première française

Cancer : l'ère des thérapies ciblées est ouverte

Analyser le génome complet des tumeurs de femmes souffrant de cancer du sein, c'est la 1ère réalisée par des chercheurs français. Des patientes, résistantes aux traitements classiques, ont trouvé une alternative.  

Cancer : l'ère des thérapies ciblées est ouverte JAUBERT/SIPA

  • Publié 07.02.2014 à 19h36
  • |
  • |
  • |
  • |


La médecine personnalisée n’est pas qu’un concept. Choisir le traitement en fonction du profil génomique d’une tumeur ne relève pas de la science-fiction. Une équipe de chercheurs français vient d’apporter la preuve qu’un traitement sur-mesure dans le cancer est à la fois faisable et pertinent. C’est une première !


Une analyse du génome complet
L’étude SAFIR01, coordonnée par le Professeur Fabrice André à Gustave Roussy et promue par UNICANCER, dont les résultats viennent d’être publiés dans le Lancet oncology, a permis d’analyser l’ensemble du génome des tumeurs de 423 patientes atteintes d’un cancer avancé du sein. « Jusqu’à présent, les profils génomiques n’analysaient qu’un nombre limité de gènes. De fait, on risquait de passer à côté d’une mutation donc d’une opportunité thérapeutique, » explique le Pr Fabrice André, oncologue à Gustave Roussy. « Pour la première fois, nous démontrons que des technologies d’analyse étendue du génome tumoral permettent, en identifiant les mutations rares et fréquentes, d’orienter les patientes atteintes d’un cancer métastatique du sein vers des thérapies mieux ciblées. Ainsi, nous validons véritablement la faisabilité du concept de médecine personnalisée en pratique clinique. » Des femmes qui ne répondaient pas aux traitements classiques ont ainsi pu trouver une alternative.


13% des femmes ont bénéficié d'un traitement ciblé

Réaliser une analyse étendue du génome des tumeurs en routine n’est donc pas hors de portée. Cependant, l’étude SAFIR 01 montre qu’elle n’est pas réalisable chez tous les malades du cancer. En l’occurrence, sur les 423 patientes incluses dans l’essai, l’analyse du génome a été faisable chez deux tiers d’entre elles. En outre, chez 39% des malades, la mutation génétique identifiée était rare et il n’existait aucun traitement. « Au final, 55 femmes, soit 13% des patientes de l’étude et 28% de celles qui présentaient une anomalie génomique d'intérêt pour laquelle il existe un traitement ciblé, se sont vues proposer un traitement en développement clinique. Ceci souligne la nécessité d’augmenter le nombre d’essais cliniques qui évaluent les thérapies ciblées, notre but étant de pouvoir proposer ce type de traitement à 30% des patientes et de les inclure dans les essais cliniques en cours »commente Fabrice André.


Ce premier grand pas franchi par la médecine personnalisée devrait contribuer à la multiplication des essais cliniques. Des études doivent notamment être menées prochainement sur le cancer du poumon. C’est le 1er effet de SAFIR mais, ce n’est sans doute pas le seul. Identifier des mutations génétiques rares devrait aussi inciter l’industrie à mener des recherches afin de trouver des traitements pour des malades dans l’impasse.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité