Publicité

QUESTION D'ACTU

Un numéro ouvert 24h sur 24 et 7 j sur 7

Stress post-traumatique : la parole des soldats écoutée depuis un an

En un an, sur les 330 appels reçus, 53% des appelants sont des militaires ou des ex-militaires et 47% sont des membres de la famille.  

Stress post-traumatique : la parole des soldats écoutée depuis un an FACELLY/SIPA

  • Publié 24.01.2014 à 14h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Crée à la demande du ministère de la Défense pour lever les tabous sur le stress post-traumatique dans les armées, le numéro d’appel national « Ecoute défense » fête sa 1ère année d’existence. Des combats au corps à corps aux bombes qui explosent, les événements de la guerre restent à jamais gravés dans la mémoire des militaires. Dans le meilleur des cas, ils apprennent à vivre avec, mais parfois, ces scènes d'horreurs entraînent un état de stress post-traumatique comprenant parfois des troubles anxieux et pouvant même conduire jusqu’à une conduite suicidaire. C’est justement pour lutter contre ces troubles psychiques dans les forces armées que ce numéro d’appel gratuit et anonyme a été lancé en janvier 2013. Le principe est simple, 24h sur 24 et 7 jours 7, des psychologues des hôpitaux d’instruction des armées tiennent à tour de rôle une astreinte téléphonique d’une semaine, pour écouter les personnes en détresse ou leur entourage et les orienter vers un parcours de soins adapté.

 

54% des appels concernent un état de stress post-traumatique

Après un pic d’appels durant les premiers mois d’existence, le nombre s’est stabilisé autour d’un appel par jour en moyenne. Dans un communiqué publié ce jeudi, le ministère de la défense précise que le numéro 08 08 800 321 a donc reçu 330 appels en un an. 71% correspondent à une souffrance psychologique et 54% à un état de stress post-traumatique (ESPT). « Bien souvent, ces troubles psychiques post-traumatiques sont différés dans le temps, c'est-à-dire qu'ils ne se manifestent pas forcément tout de suite après l'événement. Ils ne vont pas non plus apparaître tout de suite après le retour du militaire à la vie civile. Parfois, ils surviennent des mois, voir même des années après la rencontre avec la mort, » confiait le Dr Patrick Devilllières, chef du service médico-psychologique des armées, en charge du dispositif, à Pourquoidocteur en décembre dernier. Et pour preuve, 5% des appelants souffrant d’ESPT sont des anciens combattants de l’Algérie ou d’Indochine. «  Les trois théâtres d’opération les plus impliqués sont l’Afghanistan, les Balkans et le Mali. 80% des appels concernent des militaires de l’armée de Terre, » précise le communiqué.

 

Des appels de militaires mais aussi de proches

« Ces troubles psychiques post-traumatiques affectent les familles dans leur quotidien. Tout simplement parce que les militaires atteints par ces troubles vont par exemple avoir sans cesse des cauchemars de reviviscence de la scène d'horreur. Mais aussi des flashback à plusieurs moments de la journée, ajoutait Patrick Devilllières à Pourquoidocteur. Et tout cela termine bien souvent par une tendance au repli sur soi de la part de l'ancien soldat.


Pour toutes ces raisons, la famille souffre de le voir souffrir». Ce bilan de la 1ère année d’existence du numéro « Ecoute Défense » confirme cette problématique. Si les appelants sont, pour 53% des militaires ou d’anciens militaires, 47% sont des membres de la famille ou des proches. Témoins d’une souffrance, ces personnes téléphonent pour recueillir de l’information et une orientation vers des soins. Les psychologues les orientent donc vers le correspondant le mieux adapté, prioritairement auprès des soignants du service des armées ou vers le réseau civil de proximité. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité