Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude du Pr Bertrand Granger

Baclofène : 2 patients sur 3 modèrent leur consommation d'alcool

La baclofène, un relaxant musculaire prescrit pour traiter l’alcoolisme, donne une nouvelle fois de bons résultats sur des patients alcoolo-dépendants.    

Baclofène : 2 patients sur 3 modèrent leur consommation d'alcool SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 19.11.2013 à 12h45
  • |
  • |
  • |
  • |


Et une étude de plus en faveur de la prescription du baclofène dans l'alcoolodépendance ! Dans un entretien  accordé au Nouvel Obsvervateur, le Pr Bernard Granger, praticien hospitalier à l’hôpital Tarnier, confirme une nouvelle fois l’efficacité de ce décontractant musculaire dans l’addiction à l’alcool. Chiffres à l'appui.
Une annonce importante dans un contexte indécis pour ce médicament. Pour évaluer « la sécurité et l’efficacité » du produit,  l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a donné son feu vert à  deux essais cliniques. La première étude (Bacloville), lancée en mai 2012 pour 18 mois, a pour objectif d’évaluer l’efficacité du médicament  après un an de traitement en ambulatoire versus placebo.
La seconde étude (Alpadir), comparative versus placebo elle aussi, autorisée en octobre 2012, a été initiée en milieu hospitalier auprès de 316 personnes. La moitié a pris du baclofène avec une posologie importante. Dans l'attente de ces résultats, l'ANSM a déjà donné un avis favorable à l’octroi d’une recommandation temporaire d’utilisation du baclofène avec prescription ouverte aux généralistes.
C'est dans ce contexte que le Pr Bernard Granger mène actuellement sa propre étude dans son service de psychiatrie. 

Un taux de succès de 68 % 
L’étude en question porte sur l’ensemble des patients alcoolo-dépendants ou buveurs excessifs ayant consulté dans le pavillon tarnier de l'hôpital Cochin (psychiatrie) où exerce le Pr Bernard Granger. Ces participants ont commencé à prendre du baclofène à compter du début 2012.
Au total, 81 patients (53 hommes et 28 femmes) âgés en moyenne de 47 ans, 18 ans pour le plus jeune, et 67 pour le plus vieux Les résultats obtenus par l'équipe du Pr Bernard Granger sont encore meilleurs que ceux révélés en 2012 par d'autres équipes françaises. Ils montrent à six mois une proportion de 68 % de patients abstinents ou ayant une consommation modérée. Le taux de succès s’élève même à 83 % si on inclut ceux qui ont réduit au moins de moitié leur consommation d’alcool, confie le Pr Granger.

Des effets indésirables fréquents
Seul bémol dans cette étude, le taux d'effets indésirables élevé retrouvé chez les patients. Ce taux serait de près de 100 %. Seuls 3 patients n'en ont pas rencontré. Les plus fréquents sont l'insomnie et l'asthénie. Ils ont été le plus souvent transitoires et n'ont nécessité l'interruption du traitement que pour 3. Quatre, en outre, ont dû être hospitalisés (5 %). Les cas d'arrêt du baclofène en raison d'effets secondaires sont finalement assez rares, « - 4 % dans notre étude », rappelle le Pr Bertand Granger.
Conclusion du psychiatre, « la balance bénéfices-risques penche indéniablement en faveur de la prescription baclofène ». Pour lui, « ne pas utiliser cette voie thérapeutique est une forme de non-assistance à personne en danger. C’est évident, puisqu'aucun autre traitement n’a l’efficacité du baclofène dans cette indication », indique-t-il au Nouvel Observateur. 


60 % des patients sous baclofène indifférents à l'alcool
En mars 2012, des médecins français, des pionniers de la prescription du baclofène, ont publié la première étude sur l'intérêt de ce médicament dans l'alcoolisme. 181 buveurs à haut risque ont été inclus dans cette étude française. Ils avaient essayé tous les traitements, ils étaient dans l'impasse. Quelque 132 patients ont été suivis pendant un an. Résultat : près de 60 % d'entre eux sont devenus indifférents à l'alcool et maîtrisent totalement leur consommation. Car, ce médicament a une action très particulière, il supprime l'envie irrépressible de boire. Autrement dit, boire un verre ou deux reste toujours possible puisque la descente aux enfers ne se produit pas.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité