Publicité

QUESTION D'ACTU

Projet de modernisation de l'hôpital

Hôtel-Dieu : le comité de soutien interpelle François Hollande

Le Comité de soutien de l’Hôtel-Dieu, qui se bat contre la fermeture des urgences, veut interpeller l'exécutif et les candidats à la Mairie de Paris.

Hôtel-Dieu : le comité de soutien interpelle François Hollande AHMET / SIPA

  • Publié 02.10.2013 à 18h37
  • |
  • |
  • |
  • |


Hôtel-Dieu, la bataille continue ! Le Comité de soutien des urgences de cet hôpital parisien, qui se bat contre la fermeture de ce service, a été reçu mardi soir au ministère de la Santé, a indiqué le cabinet de Marisol Touraine. « Une rencontre infructeuse », selon le Dr Gérald Kierzek, ex-responsable du Smur de l'Hôtel-Dieu, démis de ses fonctions au mois de juillet par la direction de l'Assistance publique (AP-HP).
Selon cet urgentiste, Marisol Touraine, ministre de la Santé, s'entête et continue à soutenir le projet de modernisation de l'Hôtel-Dieu, qui prévoit d'en faire « l'hôpital du 21e siècle ». Autrement dit, un hôpital sans lit, mais doté d'une médecine axée sur la prévention, le dépistage et l’éducation pour la santé. Un établissement « low-cost », commentent ses détracteurs. Contacté par pourquoidocteur, le Dr Gérald Kierzek explique qu'il va continuer son combat pour les urgences parisiennes « qui se trouvent déjà dans une situation périlleuse. »

La fermeture du Smur de l'Hôtel-Dieu mettrait en péril les urgences parisiennes
D'après le Dr Gérald Kierzek, les urgences de l'hôpital continuent de fonctionner normalement, avec 120 patients accueillis par jour. « Le service d'urgences n'est pas à bout de souffle, nous sommes bien loin de la situation décrite par les médecins de la commission médicale d'établissement de l'Hôtel-Dieu qui décrivaient un établissement où les conditions de sécurité n'étaient plus assurées », confie-t-il.
De plus, pour ce médecin, le projet de l'Assistance publique qui vise à supprimer des lits risque d'engorger encore plus les autres services d'urgences de la capitale qui sont déjà dans le rouge. L'ex-urgentiste rappelle, à ce titre, un épisode qui s'est produit récemment à la 
Pitié-Salpêtrière. Il y dix jours, cet hôpital a acceuilli, en effet, 300 patients, c'est quatre fois plus que sa capacité d'accueil.


Ecoutez le Dr Gérald Kierzek, ex-responsable du Smur de l'Hôtel-Dieu démis de ses fonctions :  « Vous attendez actuellement plus de 10h dans les services d'urgences parisiens. Celui de l'Hôpital Lariboisière est déjà largement saturé.... »




Pour tenter de sauver ce service d'urgences, le comité « Hôtel-Dieu, Hôpital pour tous » souhaite interpeller les Parisiens sur les marchés, à l'occasion des municipales de Paris en 2014. Mais le Dr Gérald Kierzek n'a pas l'intention de s'arrêter là, les politiques auront aussi leur mot à dire. Il aimerait savoir, par exemple, pourquoi Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris, n'a pas signé le pacte hospitalier qui indique clairement qu'il faut maintenir des urgences au coeur de la capitale avec des lits d'hospitalisation.
Par ailleurs, le comité souhaite également se rendre dans tous les meetings de campagne des deux principales candidates à la mairie de Paris (Anne Hidalgo pour le PS, et Nathalie Kosciusko-Morizet pour l'UMP), afin de faire entendre leur voix.
Enfin, l'urgentiste confie que les syndicalistes membres du collectif ont l'intention de rencontrer François Hollande mais aussi Jean-Marc Ayrault, qui devront « prendre position sur ce dossier qui est un enjeu majeur pour la santé des Parisiens », conclut-il.

Ecoutez le Dr Gérald Kierzek, ex-responsable du Smur de l'Hôtel-Dieu démis de ses fonctions :  « La CGT va interpeller le Président vu que la ministre de la santé ne comprend pas la situation périlleuse dans laquelle risquent de se retrouver les Parisiens... »


 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité