Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépression, stress, ennuis familiaux

Plus d'un Français sur quatre consulte un psy

La crise affecte le moral des Français. D'après un sondage, 28 % d'entre eux auraient déjà consulté un psy. Dans un tiers des cas, la dépression est le motif de leur consultation.  

Plus d'un Français sur quatre consulte un psy HOUIN GERARD/SIPA

  • Publié 28.08.2013 à 11h46
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec la crise, les psy ont la cote ! Selon un sondage TNS Sofres à paraître dans la revue Psychologies Magazine de septembre, 28 % des Français auraient déjà consulté un professionnel. Et la cause principale de ces visites chez le psychiatre, psychothérapeute, ou psychanaliste est souvent la même. Un tiers de sondés reconnaissent avoir consulté pour une dépression.

Concernant les autres causes,  le stress et les ennuis familiaux viennent juste derrière la dépression, loin devant « l'envie de mieux se connaître » (6 %). Mais les psys ne sont pas les seuls témoins de la souffrance psychique d'une partie des Français. Une étude de 2012 commandée par le ministère de la Santé (DREES) montre que les médecins généralistes sont en première ligne. Les deux tiers d’entre eux déclarent être confrontés chaque semaine à la souffrance psychique de la population. 
82 % des médecins interrogés évoquent des personnes souffrant d’anxiété et 67% de dépression.
Ces professionnels sont également à l'écoute des tendances suicidaires. Au cours des cinq dernières années, huit médecins sur dix ont été confrontés à une tentative de suicide et près de la moitié à un suicide. Autre résultat de cette enquête, près de sept médecins généralistes sur dix prescrivent un antidépresseur avec un anxiolytique ou un hypnotique, là où des pscychothérapies seraient plus efficaces.

Généraliste ou psy, les Français semblent tirer bénéfice de ces consultations. L'enquête de  Psychologies Magazine  confirme que 86 % d'entre eux estiment que cela les a aidé. 69 % de ceux qui ont mis un terme à leur thérapie l'ont fait « parce qu'ils se sentaient mieux ».
Des résultats encourageants lorsqu'on connaît les ravages que peut causer une dépression chez l'homme. D'après une étude présentée fin janvier au Congrès  de l’Académie américaine de neurologie, la dépression multiplierait par 4 le risque de récidive fatale d’AVC. Si bien que dans les services de réadaptation cardiaque, la dépression est déjà dépistée comme un facteur de risque en post-infarctus !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité