Publicité

MIEUX VIVRE

Une étude dans le BMJ

Grossesse : les antidépresseurs augmentent le risque d’hémorragie

Pour la première fois, une étude montre un lien entre la prise d’antidépresseurs avant un accouchement et le risque d’hémorragie de post-partum. Des résultats qui restent malgré tout à confirmer.   

Grossesse : les antidépresseurs augmentent le risque d’hémorragie SOUTEYRAT JEREMIE/SIPA

  • Publié 25.08.2013 à 16h12
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que les spécialistes sont de plus en plus nombreux à affirmer que la prise d’antidépresseurs est compatible avec la grossesse. Pour la première fois, une étude américaine qui vient de paraître dans le célèbre British Medical Journal (BMJ) montre que la prise d’antidépresseurs au cours du mois précédent l’accouchement est associé à une augmentation du risque d’hémorragie du postpartum.

 

Un risque d’hémorragie augmenté de 47%

Aux Etats-Unis, l’incidence de l’hémorragie post-accouchement augmente depuis les années 1990, c’est pourquoi de nombreuses équipes de scientifiques tentent d’identifier les causes possibles de la hausse de cette complication potentiellement grave. C’est donc dans ce contexte cette étude s’est intéressée à la prise d’antidépresseurs chez les femmes enceintes. Les auteurs se sont penchés tout particulièrement sur une classe, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Leur analyse a porté sur les données de 106 000 femmes enceintes de 12 à 55 ans issues du programme national Medicaid entre 2000 et 2007. Ces parturientes avaient toutes un trouble de l’humeur ou un trouble anxieux et 12% d’entre elles avaient été exposées récemment à un ISRS. Résultat, celles qui avaient été exposées jusqu’à la veille de leur accouchement avaient un risque accru de 47% d’hémorragie du postpartum, par rapport à des femmes non exposées. Quant aux 1,4% de femmes de cette cohorte qui prenaient des antidépresseurs non ISRS, la prise récente de ces médicaments augmentait de 49% ce même risque. Les auteurs de ce travail précisent cependant en conclusion que leurs résultats doivent encore être confirmés par d’autres études.

 

Les antidépresseurs sont compatibles avec la grossesse

Ces résultats ne doivent cependant pas inquiéter les femmes enceintes prenant ce type de traitement au cours de leur grossesse. Non seulement les auteurs de ce travail précisent que leurs résultats doivent encore être confirmés par d’autres études. Mais surtout, alors que pendant longtemps les médecins ont craint la prise d’antidépresseurs à cette période, notamment à cause du risque de malformation potentiel pour le bébé. Les dernières études publiées sur le sujet sont plutôt rassurantes. Une large étude parue en janvier dernier dans le Journal of the American Medical Association, auprès de 30 000 femmes, montraient par exemle que le taux de bébés morts-nés ou de décès du nourrisson était certes très légèrement plus élevé chez les femmes consommant des antidépresseurs, mais que les médicaments n’étaient pas en cause. Selon cette équipe, les responsables seraient les maladies psychiatriques graves, le tabagisme et l’âge plus avancé des futures mamans sous antidépresseurs.

 

Quelle est la conduite à tenir ?

« Si l’on peut se passer du traitement médicamenteux, c’est mieux. Mais, en fait, il y a une question centrale à laquelle il faut répondre : les antidépresseurs sont-ils indispensables ? » expliquait le Pr Antoine Pelissolo psychiatre au CHU de la Pitié-Salpêtrière, début 2013 à Pourquoidocteur. Et dans le cas d’une dépression sévère, la réponse est « oui ». Entre 3 et 12% de la population générale souffrirait de dépression majeure et pendant la grossesse, 7 à 19% des femmes enceintes, selon les pays industrialisés, seraient dépressives. En revanche, en cas de dépression modérée, il existe des alternatives au traitement médicamenteux. Il est évidemment indispensable d’en discuter au préalable avec son médecin. En effet, une femme souffrant de dépression sévère s’expose à des risques de passage à l’acte suicidaire si elle suspend sa consommation d’antidépresseurs. Pour combler des crises d’angoisse, elle risque également de consommer de l’alcool ou des drogues, qui peuvent avoir des conséquences délétères pour le fœtus. Néanmoins, « les femmes qui sont inquiètes à l’idée de prendre ses médicaments, je ne vais pas contre leur volonté, indiquait Antoine Pélissolo. Plutôt que de créer une angoisse supplémentaire, je respecte leur souhait mais je les suis de plus près afin de pouvoir intervenir en cas de rechute ».

 

Source: APM

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité