• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cartographie neuronale

Etes-vous solitaire ou sociable ? Comment cela se joue dans le cerveau

D’après une nouvelle étude, plus nous nous sentons proche des gens, plus nous les représentons d’une façon similaire à nous-même dans notre cerveau. Au contraire, pour les personnes solitaires, l'activité neuronale est différentes quand elles se représentent les autres et elles-mêmes. 

Etes-vous solitaire ou sociable ? Comment cela se joue dans le cerveau Orla/iStock

  • Publié le 17.06.2020 à 14h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • D'après une nouvelle étude, plus nous nous sentons proche des gens émotionnellement parlant, plus nous les représentons d’une façon similaire à nous-même dans notre cerveau.
  • En revanche, les personnes solitaires présentent moins de similarité neuronale entre elles et les autres.
  • "C'est comme si la représentation de votre cerveau était plus déconnectée des autres, ce qui correspond à la solitude que les gens disent ressentir", résume l'auteure principal de l'étude.

Le confinement l'a bien prouvé: l'isolement et la solitude sont mauvais pour la santé mentale. Il y a un an, des recherches menées sur 20 503 adultes, âgés de 16 à 74 ans, vivant en Angleterre, avaient déjà montré que le fait de vivre seul augmentait l’incidence des dépressions ou des troubles alimentaires ou anxieux. Si la solitude est régulièrement étudiée par les chercheurs, la façon dont le cerveau humain cartographie les relations avec les autres par rapport à lui-même restait un mystère. Jusqu’à aujourd’hui. Une nouvelle étude, dont les résultats sont parus mardi 15 juin dans le Journal of Neuroscience, montre que le cerveau des personnes seules fonctionne différemment de celui de celles qui sont entourées. D’après ces recherches, plus nous nous sentons proches des gens émotionnellement parlant, plus nous les représentons d’une façon similaire à nous-même dans notre cerveau.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 50 personnes âgées de 18 à 47 ans. Ils les ont d’abord invités à nommer et à classer les cinq personnes dont ils étaient les plus proches puis cinq connaissances. Dans le même temps, les scientifiques examinaient les cerveaux des participants via l’imagerie médicale. Au cours de cet examen, les sujets ont également été amenés à porter des jugements sur leurs proches, leurs connaissances, eux-mêmes et, pour finir, cinq célébrités.   

Résultats des observations : le cerveau semble regrouper les représentations des gens en trois groupes différents : soi-même, son réseau social et les personnes connues. Plus les participants se sentaient proches d’une personne, plus leur cerveau les représentait de façon similaire dans l’ensemble du réseau social, y compris dans y compris dans le cortex préfrontal médian (CPPM), la région associée au concept de soi. En revanche, les personnes solitaires présentaient moins de similarité neuronale entre elles et les autres. Chez elles, les démarcations entre les trois groupes étaient également plus floues. 

“Une constellation spécifique d'activité neurale qui est activée lorsque vous pensez à vous”

Si nous avions un timbre d'activité neuronale qui reflète votre propre représentation et un autre qui reflète celle des personnes dont vous êtes proche, pour la plupart d'entre nous, nos timbres d'activité neuronale seraient assez similaires. Pourtant, pour les personnes solitaires, l'activité neuronale était vraiment différente de celle des autres personnes”, détaille Meghan L. Meyer, autrice principale, professeure adjointe de psychologie et de sciences du cerveau, et directrice du laboratoire de neurosciences sociales de Dartmouth (Etats-Unis). 

C'est presque comme si vous aviez une constellation spécifique d'activité neurale qui est activée lorsque vous pensez à vous. Et quand vous pensez à vos amis, c'est en grande partie la même constellation qui est recrutée. Mais si vous vous sentez seul, vous activez une constellation assez différente lorsque vous pensez aux autres que lorsque vous pensez à vous-même. C'est comme si la représentation de votre cerveau était plus déconnectée des autres, ce qui correspond à la solitude que les gens disent ressentir”, ajoute-t-elle. 

Ainsi donc ces résultats illustrent comment la solitude semble être associée à des distorsions dans la cartographie neurale des connexions sociales avec les autres.

La solitude, un concept régulièrement étudié par les scientifiques

Parce qu’elle a des impacts très négatifs sur la santé et un coût important pour la société (surtout chez les personnes âgées), la solitude est un sujet largement étudié par les chercheurs du monde entier. Récemment, une étude internationale d’une ampleur inédite révélait que, contrairement à quoi on pourrait s’attendre, elle toucherait plus les jeunes. Les chercheurs définissaient là le sentiment de solitude tel que “l’écart entre les relations sociales réelles et souhaitées”. Les gens vivant dans des pays aux sociétés individualistes auraient également plus tendance à en souffrir. Enfin, en matière du genre, les hommes sembleraient plus affectés que les femmes. 

En France, d’après une étude BVA réalisée à l’occasion de la Journée des solitudes en 2019, 8 personnes sur 10 considèrent la solitude comme un problème important. Là encore, les jeunes semblent particulièrement touchés puisque 60% disent en souffrir. Malgré tout, pour la majorité des personnes interrogées, la solitude correspond à des problèmes que l’on rencontre souvent plus tard dans la vie : une rupture personnelle à travers le décès d’un conjoint ou d’un proche (58%), un divorce ou une séparation (42%), le vieillissement (43%) ou des problèmes de santé (21%).

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité