• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Ministère de la Santé

Le plan de désengorgement des urgences sous les critiques

La saturation des services d'urgences est un problème chronique. Pour y remédier, la ministre de la Santé annonce la création de postes de gestionnaires de lits. La proposition ne satisfait pas les urgentistes.

Le plan de désengorgement des urgences sous les critiques PFG/SIPA/SIPA

  • Publié le 28.04.2013 à 12h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Trouver un lit pour un patient après un passage aux urgences, la mission vire souvent au casse-tête pour les urgentistes dans les hôpitaux français. Pour tenter de remédier à cette situation qu'elle ne juge pas satisfaisante, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a annoncé vendredi 26 avril un nouveau dispositif visant à mieux gérer les lits à l'hôpital. Le but, désengorger les urgences.

 

« Nous voyons tous trop souvent des brancards dans les couloirs, du personnel qui est débordé, mais le problème des urgences, c'est surtout des questions d'organisation », a indiqué la ministre. « J'ai fait la proposition de créer des postes de gestionnaires de lits d'aval, c'est-à-dire concrètement, des gens qui trouvent des services qui vont accueillir les malades des urgences », a-t-elle rajouté. Un plan de déploiement qu'elle a annoncé pour 150 hôpitaux en France. Ces services auront pour mission d'orienter les patients après leur passage aux urgences et de trouver les places disponibles dans les services pour les accueillir, en fonction des entrées et des sorties. Le système est d'ailleurs déjà en cours d'expérimentation à l'hôpital Saint-Joseph de Paris, où quatre personnes occupent ce poste.

 
"Un gadget supplémentaire"

 

Mais la proposition ne semble pas à la hauteur des enjeux, et entraîne déjà le mécontentement du coté des professionnels des urgences. Pour Christophe Prudhomme, médecin urgentiste au SAMU de Seine-Saint-Denis, et porte-parole de l'Association des Médecins Urgentistes Hospitaliers de France (AMUHF), « c'est un gadget supplémentaire pour ne pas s'attaquer au vrai problème qui est le manque de lits, lié au manque de personnel dans les hôpitaux. Mettre en place ces gestionnaires de lits, c'est avoir une vision complètement faussée des problèmes qui se posent aujourd'hui à l'hôpital. Et de toute façon, ils ne pourront pas trouver des lits qui n'existent pas ».

C'est pourquoi ce médecin urgentiste mise déjà sur la faillite du nouveau dispositif, « le système ne fonctionnera pas. De plus, je pense que l'administration aura beaucoup de mal à trouver du personnel pour occuper cette tâche ingrate de gestionnaires de lits ».

Pourtant, pour le Dr Prudhomme, des solutions existent. Et il s'agirait juste d'une question de « volonté » et de « priorité » de la part des pouvoirs publics. « On a bien évidemment besoin de mesures de réorganisation des hôpitaux, mais elles nécessitent des moyens. Or, avec Marisol Touraine, ce sont uniquement des mesures de réorganisation que nous avons. Les moyens nous les connaissons tous. Ce sont par exemple, la réaffectation des moyens en interne, c'est à dire que l'on peut tout à fait transformer des lits de chirurgie spécialisée en lits de médecine, plutôt que de les fermer. De plus, objectivement il y a des endroits où l'on a fermé beaucoup trop de lits et il faut en réouvrir. L' exemple emblématique de cette situation est en train de se passer au coeur de Paris, avec la fermeture programmée de l'Hôtel Dieu. Nous, on demande non pas de fermer cet hôpital, mais plutôt de le transformer en structure de proximité, avec des lits de médecine pour accueillir les patients qui arrivent aux urgences ».


Urgences engorgées = mortalité accrue

 

Des dysfonctionnements nombreux dénoncés par ce médecin et qui entraînent surtout des risques pour les patients. Une équipe française du CHU de Poitiers révélait en mars dernier les résultats d'un étude sur les conséquences précises du manque de place en service de réanimation. Concrètement, les patients qui sont refusés en réanimation parce qu'il n'y a plus un seul lit de libre affichent, sept jours plus tard, un taux de décès de 21,9% contre 15,6 % pour les patients admis immédiatement. Au lieu des 1h10 en moyenne d’attente pour ceux qui sont pris en charge tout de suite, les patients qui se heurtent à des services saturés doivent attendre environ 5 heures. Ce sont ces quatre heures de différence pendant lesquelles le taux de mortalité grimpe. Un manque de places donc, mais aussi un déficit de personnel. En effet, d'après la Fédération Hospitalière de France, les députés de la majorité ont voté cette année lors de la loi de financement de la sécurité sociale 2013, la supression de 20 000 emplois dans les hopitaux en 2013, et 15 000 de plus en 2014.  « Nous sommes en train de tuer le système de santé français,» conclut le Dr Prudhomme.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité