Publicité

QUESTION D'ACTU

Mesures d'urgence en place

Peste : 42 personnes sont mortes à Madagascar

En moins d’une semaine, 9 personnes supplémentaires sont décédées de la peste à Madagascar, malgré les mesures d’urgence.

Peste : 42 personnes sont mortes à Madagascar Cérémonie de famadihana (Hery Zo Rakotondramanana/Flickr)

  • Publié 09.10.2017 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le 5 octobre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) annonçait la livraison de 1,2 million de doses d’antibiotiques à Madagascar, destinées à traiter les malades et les personnes à risque. La peste avait alors tué 33 personnes.

Le 8 octobre, le ministère de la Santé malgache a annoncé un nouveau bilan. L’épidémie prend de l’ampleur : 42 personnes sont désormais décédées de la peste pulmonaire. Dans la capitale, Antananarivo, 142 personnes ont été contaminées, et 16 sont mortes.

Deux universités fermées

La flambée épidémique ne ralentit donc pas, malgré les mesures prises par le gouvernement. Le 30 septembre, lors d’une allocution télévisée, le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a ainsi annoncé la suspension, dans la capitale, de « toutes les réunions ou manifestations ».

Les autorités ont également ordonné la fermeture de deux universités à Antananarivo, et à Toamasina, à l’est de l’île. Les bâtiments, situés dans deux régions particulièrement touchées, seront désinfectés, et devraient rouvrir au cours de la semaine.

Le famadihana accusé

Les rites funéraires posent aussi problème. Traditionnellement, les Malgaches enterrent leurs morts dans des caveaux familiaux. Les familles de victimes de la peste insistent donc pour récupérer leurs corps, refusant qu’ils soient inhumés dans des fosses communes. Devant le refus des autorités sanitaires, certains vont jusqu’à les exhumer illégalement.

Ces corps représentent également un risque à plus long terme. Un rite malgache, le famadihana, consiste à exhumer les morts lors d’une cérémonie qui réunit la famille du défunt, plusieurs mois ou années après son décès. Le corps est enveloppé dans un nouveau linceul, et est manipulé.

Or, la bactérie continue à vivre dans la tombe, estiment les médecins malgaches, qui alertent contre le risque de contamination lors de ces cérémonies. Ils recommandent que les personnes malades soient enterrées dans des tombeaux scellés. Deux enfants ont déjà été diagnostiqués de la peste pulmonaire après avoir assisté à des famadihanas.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité