Publicité

QUESTION D'ACTU

"Syndrome du bâtiment malsain"

Air intérieur : les toxines dans le papier peint altèrent notre santé

Les mycotoxines qui se développent dans le papier peint passeraient à l’état d’aérosols, selon une étude qui pourrait expliquer le syndrome du bâtiment malsain.

Air intérieur : les toxines dans le papier peint altèrent notre santé archideaphoto

  • Publié 25.06.2017 à 13h51
  • |
  • |
  • |
  • |


Le papier peint, un ennemi pour notre santé ? Une étude française le suggère. Des travaux, publiés dans la revue Applied and Environmental Microbiology, montrent que les toxines produites par trois espèces de champignons qui se développent à l’intérieur des habitations, dans le papier peint, passent à l’état d’aérosols et deviennent facilement inhalables.

Ces résultats pourraient contribuer à expliquer le « syndrome du bâtiment malsain », ces symptômes inexpliqués, développés par un groupe de personnes et associés à un lieu construit, estiment les auteurs.

Transfert dans l'air

« Nous avons démontré que les mycotoxines pouvaient être transférées d’un matériel moisi à l’air, selon des conditions que l’on peut rencontrer dans les habitations », explique l’un des chercheurs, de l’université de Toulouse.

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs ont construit un banc expérimental simulant les conditions d’une pièce ventilée, avec papiers peints contaminés, en contrôlant la vitesse et la direction de l’air. Puis, ils ont analysé les bioaérosols (particules aéroportées constituées de microorganismes) contenus dans l’air.

Selon leurs observations, la plupart des toxines aéroportées étaient localisées sur les spores fongiques mais une partie de la charge toxique était retrouvée sur des petites particules de poussière ou des microfragments de papier peint, facilement inhalables.

Paramètre de qualité de l'air 

Trois espèces fongiques fréquemment retrouvées dans les bâtiments ont été étudiées dans ces travaux : Penicillium brevicompactum, Aspergillus versicolor, et Stachybotrys chartarum.

Ces résultats soulèvent la question d’une surveillance renforcée des toxines contenues dans l’air intérieur, alors que les données en la matière sont très rares. En effet, les toxines sont plus fréquemment recherchées dans la nourriture.

Pourtant, selon les auteurs, « les mycotoxines peuvent être inhalées et devraient être recherchées en tant que paramètre de qualité de l’air intérieur, notamment dans les maisons où la contamination fongique est visible ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité