Publicité

QUESTION D'ACTU

Sables-d'Olonne

Vendée : un ophtalmologue poursuivi pour atteinte à l’intimité

Un ophtalmologue des Sables-d’Olonne est accusé par trois patientes d’avoir filmé et photographié leurs jambes sous leur jupe.

Vendée : un ophtalmologue poursuivi pour atteinte à l’intimité AndreyPopov/epictura

  • Publié 02.06.2017 à 12h05
  • |
  • |
  • |
  • |


Les enfants font cela dans les cours de récréation. Mais cette fois, ce n’est pas un petit garçon que l’on accuse de regarder sous les jupes des filles. Un médecin vendéen est poursuivi devant les tribunaux par trois patientes qui l’accusent d’avoir utilisé son téléphone pour filmer ou photographier leur entrejambe à leur insu. Les faits sont rapportés par France Bleu.

L'ophtalmologue, âgé de 47 ans, exerce dans le centre-ville des Sables-d'Olonne où il a acquis une renommée importante, précise le média régional. Il est poursuivi pour tentative d'atteinte à l'intimité de la vie privée. Le procès s’est tenu ce jeudi au tribunal des Sables-d’Olonne.

"Aucune ambiguïté" 

« J’étais en jupe, il m’a demandé de me mettre debout et il a mis des gouttes, accuse l’une des plaignantes, citée par France Bleu. J’ai senti un courant d’air. J’ai ouvert les yeux. J’ai vu son téléphone à hauteur des genoux, sous mes cuisses. Il n’y a aucune ambiguïté là-dessus ! »

Le médecin, lui, nie les faits qui lui sont reprochés. Il avance la piste de l’amour éconduit. « Cette femme a toujours essayé de me séduire. J'ai dit non, elle était tellement déçue qu'elle a colporté des rumeurs », a-t-il insisté au sujet d’une des plaignantes.

Déjà condamné dans le passé

En 2003, le médecin avait pourtant été condamné pour des faits similaires en Nouvelle-Calédonie. Il avait été accusé d’avoir dissimulé une caméra dans du papier toilettes afin de filmer les femmes aux toilettes. A l’époque, l’homme avait évoqué une « une blague potache entre étudiants en médecine ».

Une perquisition dans ses locaux n’a pas permis d’identifier des éléments compromettants. Placé sous contrôle judiciaire, l’ophtalmologue exerce toujours dans son cabinet et à la clinique.

Le procureur a requis six mois de prison avec sursis, une interdiction d'exercice de trois ans et 10 000 euros d'amende.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité