Publicité

QUESTION D'ACTU

Etats-Unis

Peine de mort : l'Arkansas procède à des exécutions douteuses

L’Etat d’Arkansas a exécuté deux personnes en quelques heures. Ses stocks de midazolam, utilisé pour les peines de mort, seront périmés à la fin du mois.

Peine de mort : l'Arkansas procède à des exécutions douteuses KAWANA/SIPA

  • Publié 25.04.2017 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cynisme n’a pas de limite. Les prisonniers de l’Arkansas, aux Etats-Unis, l’ont appris à leurs dépends. L’Etat américain vient d’exécuter deux détenus à quelques heures d’intervalle. Motif : les doses de midazolam, l’un des composants utilisés pour l’injection létale, seront bientôt périmées. Alors, lutte contre le gaspillage oblige, les autorités ont décidé de mener des mises à mort à tour de bras.

La semaine dernière, l’Arkansas a exécuté un premier prisonnier – cela n’était pas arrivé depuis 2005. Puis deux autres ce lundi soir : Marcel Williams, 46 ans, reconnu coupable de viols et meurtres, déclaré mort à 5h33 heure française, trois heures après Jack Jones, 52 ans, inculpé pour les mêmes motifs. Aux Etats-Unis, on n’avait pas exécuté deux prisonniers d’affilée depuis 17 ans. En tout, l’Etat a prévu de tuer huit condamnés à mort en onze jours, pendant le mois d’avril – le produit arrive à expiration le 30.

Exécutions ratées

Mais le plan, aussi économique soit-il, pourrait capoter. En effet, quatre de ces exécutions ont été suspendues sur ordre du tribunal. Car le travail a, semble-t-il, manqué de propreté. Les avocats de Jack Jones, exécuté ce lundi, ont en effet saisi les juridictions pour dénoncer les conditions de cette exécution.

Les agents pénitentiaires ont d'abord, selon eux, échoué à poser un cathéter central au niveau du cou de Jones. Ils se sont alors rabattus sur la pose de deux voies veineuses périphériques sur les bras du détenu.

Six à sept minutes après l'injection du premier produit, le fameux midazolam, censé plonger dans une profonde inconscience le prisonnier, Jack Jones « remuait ses lèvres et luttait pour respirer », ont-ils écrit dans leur recours.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Stress pour les agents

Les injections létales sont composées de trois produits administrés l'un après l'autre. Celui qui arrive à expiration le 30 avril, le midazolam, est un sédatif accusé de ne pas plonger suffisamment dans l'inconscience le condamné, entraînant pour lui un risque de grave douleur.

L'État a de son côté dénoncé des affirmations « complètement infondées » en assurant que la première exécution s'était déroulée dans les règles. Mais ce projet d'exécution à la chaîne a choqué. Il a été dénoncé par l'Union européenne, Amnesty International, Human Rights Watch ou encore par le maître du roman noir John Grisham, natif de l'Arkansas.

Les opposants à la peine de mort affirmaient en outre qu'une double exécution ne pouvait qu'engendrer un stress dangereux pour les agents pénitentiaires chargés de l'acte, ceux-ci n’étant pas préparés.


Pénurie de poison

Ces exécutions surviennent dans un contexte de pénurie à venir de médicaments destinés à tuer les condamnés à mort. En effet, en mai dernier, le laboratoire Pzifer, fabricant du midazolam, a annoncé qu’il interdirait l’utilisation de ses médicaments, censés sauver des vies, pour ôter celle d’autres personnes, tout criminels soient-ils.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité