Publicité

QUESTION D'ACTU

Réévaluation des risques

Contraception Essure : audition des experts par l'ANSM

La réévaluation de l’implant contraceptif définitif Essure a débuté ce 19 avril. Le comité scientifique spécialisé s’appuiera sur deux études menées en vie réelle.

Contraception Essure : audition des experts par l'ANSM piotr_marcinski/epictura

  • Publié 19.04.2017 à 13h17
  • |
  • |
  • |
  • |


Près de 120 000 femmes ont choisi la méthode Essure pour leur contraception définitive. Le dispositif médical est à présent sous haute surveillance : nombre de patientes ont signalé des effets indésirables lourds. L’heure est désormais à la réévaluation.

Le 13 avril, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) avait annoncé la formation d’un Comité Scientifique Spécialisé Temporaire (CSST), composé d’experts indépendants. Ce comité s'est réuni ce mercredi pour auditionner les experts médicaux ainsi que les représentantes de l'association de patientes R.E.S.I.S.T. Mahmoud Zureik a également présenté les résultats d'une étude épidémiologique diligentée par l'ANSM, mais dont "les résultats ne sont pas publics" nous a précisé l'agence. Le CSST groupe devra conclure dans les prochaines semaines si les bénéfices d’Essure justifient toujours les risques.

Dépressions, douleurs

Le dispositif médical se présente sous la forme d’un petit implant placé dans les trompes de Fallope par un gynécologue habilité à ce geste. Il y provoque une fibrose qui obstrue ce canal, provoquant une stérilité permanente.

Mais les effets secondaires seraient plus fréquents qu’annoncé. Plusieurs centaines de patientes se sont rassemblées au sein de l’association R.E.S.I.S.T. Une étude menée parmi ces adhérentes a montré que 90 % souffrent d’une fatigue anormale depuis la pose. 7 sur 10 se plaignent aussi de troubles musculaires, articulaires ou encore pulmonaires. Des dépressions sont également signalées.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Deux nouvelles études à l’appui

Informée de ces événements, l’ANSM a lancé une enquête qui compare la sécurité de la méthode Essure par rapport à une ligature des trompes. Le laboratoire Bayer, qui fabrique l’implant, devra aussi livrer ses conclusions d'étude menée en vie réelle. Ces travaux seront présentés le 19 avril prochain devant le CSST.

Les experts vont, à cette occasion, rencontrer les professionnels de santé impliqués dans la pose du dispositif, le réseau de patientes, ainsi que les structures impliquées dans la contraception. A partir de ces entretiens, le CSST sera chargé d’émettre des recommandations sur la méthode Essure. L’objectif : réévaluer le rapport bénéfice/risques au vu des dernières données disponibles. Cet avis très attendu sera remis « dans les semaines » suivant cette matinée de rencontres.

Les conditions de pose de l’implant ont déjà été révisées en février 2016. A cette date, le ministère de la Santé a réduit, dans un arrêté, la liste des établissements autorisés à implanter le dispositif Essure. Le laboratoire Bayer a, quant à lui, l’obligation de fournir une notice qui détaille notamment les risques.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité