Publicité

QUESTION D'ACTU

Descente des testicules

Grossesse : l'ibuprofène présente des risques pour le fœtus

La prise d’ibuprofène est associée à des troubles du développement des testicules des bébés exposés in utero au premier trimestre de grossesse.

Grossesse : l'ibuprofène présente des risques pour le fœtus evgenyataman/Epictura

  • Publié 11.03.2017 à 15h26
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ibuprofène est décidément à proscrire pendant la grossesse... Une nouvelle étude de l'Inserm montre que ce médicament est susceptible d’entraîner des perturbations du système hormonal dans le testicule fœtal, avec des conséquences éventuelles sur le développement du tractus urogénital masculin. Les résultats ont été publiés dans la revue Scientific Reports.

Hormones testiculaires

Selon l’équipe de chercheurs, l'ibuprofène supprime la production de différentes hormones testiculaires dont la testostérone, qui contrôle les caractères sexuels primaires et secondaires, et la descente des testicules. Ces effets indésirables ont été obtenus à des doses analogues à la posologie classique.

L'ibuprofène, que l’on peut se procurer sans ordonnance, est l'un des médicaments les plus consommés par les femmes enceintes. Si près d'une femme sur dix déclare en avoir pris au cours de sa grossesse, elles seraient en réalité jusqu'à trois sur dix à en prendre en automédication, selon les études.

Les recherches épidémiologiques menées ces dernières années ont montré une association entre la prise d’antalgiques pendant la grossesse et la survenue d'effets indésirables chez l'enfant (petit poids de naissance, asthme, prématurité…).

Au premier trimestre

D'autres recherches « combinant épidémiologie, expérimentation in utero chez le rat et ex vivo sur des organes de rat et humains » ont montré que le paracétamol et l'aspirine pouvaient perturber le système endocrinien testiculaire fœtal avec comme conséquence une augmentation du risque de non-descente des testicules (cryptorchidie), précise l’Inserm. Seuls les effets de l'ibuprofène n'avaient pas encore été testés.

Pour étudier les effets de l'ibuprofène sur le testicule fœtal humain, les chercheurs ont réalisé deux séries de tests. « Dans la première série d'études, ces testicules sont mis en culture, dans la seconde, ils sont greffés sur des souris. Les effets de l'ibuprofène ont été étudiés sur des périodes correspondant aux 1er et 2ème trimestres de grossesse ».

Or, lorsque les testicules correspondant au 1er trimestre de grossesse sont exposés à l'ibuprofène, la production de testostérone diminue fortement. Au cours de la même période, les chercheurs ont observé pour la première fois que l’ibuprofène affectait aussi « la production d’hormone anti-müllérienne par les cellules de Sertoli », précise l’équipe. Cette hormone joue un rôle clé dans la masculinisation du tractus génital.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

"Fenêtre de sensibilité"

« En outre, l’expression des gènes codant pour le fonctionnement des cellules germinales, à l'origine de la formation des spermatozoïdes, est largement réduite en présence d'ibuprofène ». Tous ces effets sont observés très tôt au cours du premier trimestre, et aucun n'est retrouvé sur les tests effectués au cours du second trimestre.

« Il existe une fenêtre de sensibilité bien précise au cours du premier trimestre de développement du fœtus pendant laquelle l'ibuprofène présente, semble-t-il, un risque pour le futur appareil génital et reproducteur de l'enfant, précisent les chercheurs. Tous les faisceaux d'indices convergent vers une grande prudence quant à l'utilisation de ce médicament lors du premier trimestre de grossesse. »

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité