Publicité

QUESTION D'ACTU

Côte d'Azur

Gale : cinq policiers du commissariat d’Antibes contaminés

Une épidémie de gale s’est déclarée au commissariat d’Antibes. Elle rappelle des cas précédents, liés à l’absence d’investissements sanitaires.

Gale : cinq policiers du commissariat d’Antibes contaminés Pixinooo/epictura

  • Publié 01.03.2017 à 13h05
  • |
  • |
  • |
  • |


Décidément, la police française n’est pas épargnée. Après la tuberculose à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), c’est au tour de la gale de s’inviter dans les commissariats. Antibes en a fait les frais : selon le journal Nice Matin, cinq agents ont été contaminés par cette infection cutanée.

« Il n’y a rien d’étonnant. Nous sommes confrontés à une population variée, a précisé au quotidien régional la commissaire Valérie Zettor. Ce n’est pas la première fois que cela arrive au commissariat même si c’est la première fois que nous avons des agents impactés. »

Des précédents

A l’autonome 2012, une épidémie de gale s’était également déclarée dans des locaux à Vannes (Morbihan). Huit cas avaient été recensés parmi les policiers et les gendarmes. Dans le Val d’Oise, à Deuil-la-Barre, deux policiers ont également été victimes de cette maladie en octobre 2014. Le commissariat avait même reçu le « 17 d’or », sorte de « récompense » distribuée par les syndicats policiers qui distingue les locaux les plus vétustes. Ponctuellement, des épidémies se déclarent ça et là.

Le contact avec la « population variée » évoquée par la commissaire azuréenne peut expliquer l’émergence de ces épidémies dans les locaux de la police. En effet, cette maladie peut être liée à une forme de précarité que les policiers ont l’habitude de côtoyer au cours de leurs missions.

Hygiène des commissariats

Toutefois, elle n’est pas l’unique explication. Les conditions d’hygiène délétères propres aux commissariats français peuvent favoriser la propagation de ces infections. Ainsi, les syndicats dénoncent depuis longtemps la situation déplorable des locaux liée aux restrictions budgétaires.

Ainsi, ces syndicats nous confiaient récemment que le matériel sanitaire permettant de limiter l’exposition aux agents infectieux faisait cruellement défaut. Il existe bien des protocoles pour éviter, par exemple, la contamination auprès de personnes interpellées par les policiers. Mais la plupart des sites ne disposent ni de masques, ni de gants. Le savon est une denrée rare, le gel hydro-alcoolique, une perle précieuse.

Le silence de l’administration, peu encline à communiquer sur ces épidémies, n’arrange pas les choses. A Asnières, le journal Le Point a raconté les pressions subies par les fonctionnaires pour que l’affaire de la tuberculose ne s’ébruite pas.

Face à l’épidémie à Antibes, la direction indique à Nice Matin avoir employé les grands moyens. Tous les étages de l’établissement ont été nettoyés ainsi que les voitures. Les chaises ont été jetées et les pièces, traitées avec des fumigènes. A ce jour, le risque de contracter la gale dans ces locaux serait écarté.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité