Publicité

QUESTION D'ACTU

Économistes, pharmaciens...

Médicaments à l'unité : la proposition Macron contestée

Lors d'un meeting organisé à Nevers, Emmanuel Macron s'est engagé à généraliser la vente à l’unité des médicaments. Cette mesure rencontre encore des oppositions.

Médicaments à l'unité : la proposition Macron contestée KONRAD K./SIPA

  • Publié 09.01.2017 à 12h36
  • |
  • |
  • |
  • |


« Quand vous avez une pathologie, le pharmacien vous prescrira ce dont vous avez besoin ». Le 6 janvier à Nevers (Nièvre), Emmanuel Macron s'est engagé à généraliser la vente à l’unité des médicaments. Sur son site, le président du mouvement politique En Marche !  écrit même qu'il en finira bientôt avec les boîtes de médicaments. La mesure est présentée comme « une source d'économies intelligentes » protégeant les Français. Malgré cette belle promesse, la mesure reste critiquée par de nombreux experts de santé. 

Tout d'abord les professionnels. En 2013 par exemple, la présidente de l'Ordre des pharmaciens a attaqué avec virulence le projet d'expérimentation de dispensation à l'unité des antibiotiques de Marisol Touraine. , Isabelle Adenot soulignait notamment que nombre de questions sur cette expérimentation restaient encore en suspens : « information des patients, traçabilité, facturation, reconnaissance du temps passé, preuves apportées par le pharmacien pour garantir que le médicament dispensé est le bon, inscription dans le dossier pharmaceutique, coût global, etc. »

Un premier bilan mitigé 

Et ce mauvais présage se serait réalisé d'après le sénateur Gérard Cornu (Eure-et-Loir - Les Républicains). Dans une question écrite adressée à Marisol Touraine fin décembre, il rappelait qu'en septembre 2014, une centaine de pharmacies s'étaient portées volontaires pour tester la vente de médicaments à l'unité pour quatorze antibiotiques et leurs génériques. Dans les quatre régions concernées (Ile-de-France, Limousin, Lorraine, PACA), « l'expérimentation aura duré un an pour s'achever en octobre 2015 sur un bilan mitigé », tranche-t-il.

Selon lui, les pharmaciens ont relevé que « les conditionnements n'étaient pas adaptés, ce qui les obligeait à passer du temps à cette opération, ainsi qu'à recueillir le consentement du patient, toutes complexités ayant fini par décourager les pharmaciens pourtant volontaires, et rémunérés pour ce faire ».  La loi du 23 décembre 2013 de financement de la sécurité sociale pour 2014 prévoyait pourtant que l'expérimentation durerait trois ans...

Un bilan d'étape devait être effectué par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour évaluer l'impact sur l'activité des pharmacies, la modification des volumes d'antibiotiques dispensés, ainsi que les économies générées. Grâce à cette mesure, le gouvernement espérait en effet réduire la consommation d'antibiotiques et ainsi réaliser une économie de 100 millions d'euros sur 22 000 officines.

Un conditionnement adapté en France

Mais les pharmaciens et les politiques ne sont pas les seuls personnes dubitatives sur l'efficacité de cette mesure. Les économistes de la santé ont dans le passé émis de nombreuses réserves. C'est le ce cas notamment de Claude Le Pen, professeur à  l'Université Paris-Dauphine. Il estime que le conditionnement des médicaments en France est déjà soucieux des besoins réels des malades estimés par les praticiens. Dans un entretien accordé à Pourquoidocteur en 2013, il expliquait que « pour les  grandes pathologies notamment, le traitement à l'unité n'a pas lieu d'exister ».

Pour les maladies chroniques, précisait-il, « les médecins prescrivent souvent un mois de traitement, une boîte de 28 comprimés est donc tout à fait adaptée. Le problème est différent dans d'autres pays qui sont parfois sur des conditionnements importants, avec des boîtes de 80 comprimés par exemple ».  

Enfin, d'après l'économiste, « un conditionnement à l'unité du médicament est risqué. » Avec ce packaging unique, toutes les boîtes de médicaments se ressemblent. Il s'agit la plupart du temps, d'une petite bouteille en plastique de couleur orange. Seule une étiquette avec le nom du produit, celui du patient, et la posologie, permet de différencier un traitement d'un autre.
Les risques de confusion entre deux médicaments sont alors nombreux pour le pharmacien, mais aussi pour le malade. « Ces erreurs qui sont possibles peuvent être dramatiques pour la santé des patients », concluait Claude Le Pen.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

 

 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité