Publicité

QUESTION D'ACTU

Enquête en Île-de-France

AP-HP : les médecins déplorent le manque de dialogue avec l'hôpital

Plus de 50 % des médecins de ville franciliens estiment que leurs relations avec l’AP-HP avant, pendant, et après la prise en charge hospitalière doivent être améliorées. 

AP-HP : les médecins déplorent le manque de dialogue avec l'hôpital VALINCO/SIPA

  • Publié 07.10.2016 à 17h12
  • |
  • |
  • |
  • |


L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) vient de réaliser une « enquête médecins partenaires » (1) auprès de médecins de ville pour mieux cerner leurs attentes. Ces derniers se plaignent, c'est vrai, souvent du manque d'informations lors de la réception d'un patient sortant de l'hôpital. Pour l'AP-HP, ces données constituent donc le point de départ d’actions visant à renforcer les coopérations avec les médecins de ville et les autres professionnels de santé, autour des besoins exprimés. Et ces derniers sont nombreux !

Plus d'1 médecin sur 2 insatisfait 

Plus de 50 % des médecins de ville interrogés estiment que leurs relations avec l’AP-HP avant, pendant la prise en charge hospitalière du patient et autour de la sortie de ce denier doivent être améliorées. Les réponses mettent l’accent sur des éléments d’organisation avant tout.

Ainsi, 84 % des médecins jugent que les délais de premier rendez-vous en consultation sont trop importants. 80 % d'entre eux attendent aussi très fortement de pouvoir échanger directement avec un médecin senior pour un avis, par téléphone ou en alternative par mail ou SMS. Enfin, 77 % souhaitent très fortement recevoir un compte-rendu synthétique dès la sortie de leur patient, en privilégiant un envoi dématérialisé. 

Face à ce constat francilien peu reluisant, l'AP-HP veut rappeler qu'elle ne vient pas de découvrir ce défaut de coordination. Dans un communiqué, elle livre les résultats d'une deuxième enquête dite « état des lieux des coopérations existantes » entre les services de l’AP-HP et les médecins et paramédicaux de ville. Et l'implication est « déjà réelle », rapporte-t-elle. Avec des chiffres à l'appui. 261 actions de coopération ville-hôpital en projet ou déjà mises en oeuvre ont ainsi été recensées entre novembre 2015 et janvier 2016 auprès des services de l’AP-HP par 138 équipes hospitalières.

Des actions recensées... 

S'agissant du profil de ces collaborations, on apprend que 37 % d’entre elles visent à faciliter  l’accès aux soins hospitaliers et notamment  à un avis médical hospitalier pour les médecins de ville. 25 % sont des formations ouvertes aux professionnels de ville ou organisées avec eux. Et 22 % améliorent la continuité des soins en sortie d’hospitalisation ou de consultation. Enfin, 13 % organisent déjà un suivi partagé des malades entre la ville et l’hôpital.
Le bât blesse concernant les actions de santé publique visant la population générale (3 %). Idem pour les projets de  recherche commun avec des professionnels de ville, puisqu'un seul a été recensé... 

... avec des généralistes déjà engagés 

Dans les détails, la pédiatrie, la psychiatrie et la gériatrie sont les disciplines qui mettent en œuvre le plus d’actions. L’enquête identifie également une grande diversité d’acteurs en ville (sanitaire, médico-social, social et associatif) impliqués. Ils sont souvent plusieurs à être mobilisés sur une même action. La grande majorité d’entre eux sont des médecins généralistes (dans 74 % des actions mises en place) et spécialistes de ville (65 %).

On retrouve ensuite des organisations comme les centres, maisons ou pôles de santé (49 %) et les réseaux de santé (42 %). 29 démarches intégrées, combinant au moins trois actions menées par la même équipe et pour une même population de patients, sont aussi mises en évidence. La majorité d’entre elles s’appuie sur un maillage territorial fort (notamment sur des réseaux de santé bien implantés qui permettent d’assurer un suivi et une continuité des soins) et une vision globale du parcours patient, conclut l'institution.

Les engagements de l'AP-HP

L'AP-HP développe déjà des partenariats médicaux avec des professionnels de santé de ville et notamment des structures organisées (centres, pôles, ou maisons de santé…), à partir de parcours patients thématiques  (Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive/BPCO, le parcours de santé des aînés/PAERPA…). Elle a aussi décidé de nommer, au sein de chaque groupe hospitalier, des référents des « partenariats  avec la ville » (représentants de la direction et de la Commission médicale d’établissement locale) afin de mieux structurer la coopération avec la ville.

Des engagements précis sont également pris par l’AP-HP dans trois domaines pour le projet « médecins partenaires ». Tout d'abord pour permettre aux médecins de ville de prendre rendez-vous en ligne pour le compte de leur patient, y compris sur la base de créneau dédié, permettant un rendez-vous en urgence. Ensuite, pour diffuser en moins de 48h la lettre de sortie au médecin traitant par messagerie sécurisée si le médecin dispose d’un compte. Enfin, cela doit permettre d'assurer un accès téléphonique à un médecin senior dans les services d’hospitalisation en proposant aux médecins de ville des numéros dédiés.

Ces engagements sont déployés dans les hôpitaux Cochin et Avicenne à titre de pilote puis seront généralisés en 2017 à l’ensemble des 39 hôpitaux de l’AP-HP. L’AP-HP bénéficie pour ce programme du soutien de l’Assurance Maladie et de l’ASIP Santé.

 

(1) 15 questions pour améliorer les relations ville hôpital ont été envoyées durant les mois de juin et juillet 2016 à tous les médecins, généralistes spécialistes, et centres de santé des patients accueillis par les hôpitaux Cochin, Hôtel Dieu et Avicenne. Près de 800 médecins de ville ont répondu à cette sollicitation.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité