Publicité

QUESTION D'ACTU

Colon, estomac, sein

Cancer : une chimiothérapie efface les empreintes digitales

Un traitement anti-cancer, la capécitabine, peut provoquer la disparition des empreintes digitales chez certains malades. 

Cancer : une chimiothérapie efface les empreintes digitales CPOA/flickr

  • Publié 31.08.2016 à 08h16
  • |
  • |
  • |
  • |


Sur une scène de crime, elles sont l’un des premiers indices recherchés par les enquêteurs : les empreintes digitales. Propres à chacun, ces fines courbes dessinées sur la pulpe des doigts se forment bien avant notre naissance, et ne changeront jamais au cours de la vie. Mais ces marques immuables peuvent pourtant disparaître.
Un traitement anti-cancer, appelé la capécitabine, peut en effet entraîner la perte des empreintes digitales, selon une étude publiée dans la revue JAMA Oncology.

Ce médicament de chimiothérapie orale est prescrit pour le traitement à domicile d’un cancer du colon, de l’estomac ou du sein. La capécitabine est connue pour provoquer des troubles cutanés chez les patients (rougeur, plaques, desséchement ou encore acné). Il est également responsable de la survenue du syndrome main-pied chez 50 à 60 % des malades, alors que cette inflammation de la paume des mains et la plante des pieds est observée chez 19 à 34 % des patients traités avec d’autres médicaments. Un effet secondaire fréquent qui pourrait entraîner la perte des empreintes digitales, phénomène anecdotique rapporté chez certains patients.

Pour le découvrir, des chercheurs de l’Institut de cancérologie Erasmus MC (Pays-Bas) ont relevé les empreintes de 112 patients avant le début des traitements puis 6 à 10 semaines après la fin de la thérapie. Des photos des mains des volontaires ont également été prises afin de détecter un trouble cutané.


70 % des patients concernés

L’analyse des différents clichés a été confiée à 3 dactylo-techniciens et un inspecteur. Ils ont alors découvert que 9 patients sur les 66 traités à la capécitabine ont perdu leurs empreintes digitales, et seulement 3 les ont retrouvées à la fin des traitements. En revanche, sur les 46 patients traités par une autre chimiothérapie, seulement 1 patient a perdu ces traces digitales.

En outre, plus de 70 % des patients traités avec la capécitabine ont développé un syndrome main-pied contre moins de la moitié des autres malades. Au vu de ces proportions, les auteurs estiment qu’il n’existe pas de lien la perte sévère des empreintes digitales et le syndrome main-pied.

Bien qu’ils n’aient pas réussi à découvrir la cause de ce phénomène, les chercheurs soulignent qu’il peut être source de nombreuses difficultés dans le quotidien des patients, notamment des problèmes d’identification aux frontières. « De plus, les empreintes digitales sont de plus en plus utilisées pour nos appareils électroniques personnels, comme les smartphones et les ordinateurs portables. Bien que la perte des empreintes digitales n’ait aucune incidence clinique, les médecins devrait connaître cette conséquence », concluent-ils. 

« Commercialisé en France depuis 2005, ce produit a été, dans de très rares cas, associé à la survenue de réactions cutanées sévères qui nécessitent un arrêt immédiat du traitement », expliquait en décembre 2013, l'Agence nationale de sécurité du médicament. Les patients qui recevront ces traitements devront également en être informés afin de consulter immédiatement un médecin en cas de survenue de tout symptôme évocateur de telles réactions », recommandait alors l'ANSM.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité