Publicité

QUESTION D'ACTU

Embolie pulmonaire

Séries télé : le "binge watching" augmente le risque de thrombose

Une étude japonaise révèle que les marathon télé augmentent le risque de thrombose veineuse profonde de 70 à 250 %.

Séries télé : le \ Jeso Carneiro/Flickr

  • Publié 29.07.2016 à 18h38
  • |
  • |
  • |
  • |


Chez certains, la sédentarité est devenue un art de vivre. Avec l’arrivée des sites de VOD, dont Netflix est le porte-drapeau, elle a atteint un stade inédit. Les épisodes de série s’enchaînent automatiquement. Tout est réuni pour maintenir le spectateur rivé dans son canapé. Les joies du marathon télé ne font aucun doute. Mais les conséquences sont lourdes : ses adeptes sont plus exposés au risque d’embolie pulmonaire. Des chercheurs de l’université d’Osaka (Japon) l’expliquent dans la revue Circulation.

70 % de risque en plus

86 000 Japonais, âgés de 40 à 79 ans, ont été interrogés sur leur consommation télévisée entre 1988 et 1990. A cette époque, la culture du marathon télé était moins ancrée dans les mœurs. Mais la sédentarité avait déjà de lourdes conséquences. Après 19 ans de suivi moyen, l’équipe a constaté le décès de 59 personnes par embolie pulmonaire. Cet incident cardiovasculaire se produit après la formation d’un caillot sanguin dans les jambes ou le pelvis. Celui-ci se détache et remonte jusqu’aux poumons, provoquant une thrombose veineuse profonde. L’inactivité physique et le ralentissement du flux sanguin favorisent cette complication sévère.

Parmi les volontaires décédés, la majorité regardait la télévision plus de deux heures et demi par jour. 13 allaient même jusqu’à enchaîner les épisodes pendant plus de 5 heures. Cette sédentarité se traduit par une augmentation du risque d’embolie pulmonaire de 70 % pour les utilisateurs « modérés » (2,5 à 4,9 heures par jour). Elle est plus que doublée chez les fondus de télévision.

L’obésité renforce le lien

« Cela pourrait sembler alarmant, mais il est important de souligner que les décès par embolie pulmonaire sont rares », tempère le site d’analyse du service de santé britannique NHS Choices. Un article dédié rappelle que le nombre de décès est réduit au vu de la large cohorte recrutée. « Ce faible nombre signifie aussi que l’association pourrait être le résultat de la chance », ajoute-t-il.

Les auteurs de l’étude soulèvent toutefois que les cas ont sans doute été sous estimés. En effet, les symptômes principaux peuvent être confondus avec d’autres incidents majeurs : ils se caractérisent par une douleur à la poitrine et un essoufflement. C’est en tout cas bien le mode de vie sédentaire qui augmente le risque d’en souffrir : en affinant les analyses, l’étude constate que l’obésité renforce cette association.

Remuer régulièrement

Si, lors du suivi, le marathon télé n’était pas passé dans la culture japonaise, le constat ne s’applique plus à ce jour. « Le peuple japonais est de plus en plus adepte d’un mode de vie sédentaire, ce qui les expose à un risque accru », avertit Hiroyasu Iso. En Europe, où les embolies pulmonaires et la sédentarité sont plus fréquentes, le problème reste donc majeur.

Les auteurs recommandent donc aux adeptes du binge watching de bouger régulièrement entre les épisodes. Après une heure de visionnage, se lever, s’étirer et marcher sont de bonnes solutions pour tonifier les membres inférieurs. Il est aussi possible, en regardant une série, de tendre et détendre les muscles pendant 5 minutes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité