Publicité

QUESTION D'ACTU

Ordre des Médecins

Radiation : le Pr Joyeux fait appel de la décision

A cause de « son discours alarmiste sur les vaccins », le Pr Henri Joyeux a été radié de l'Ordre des médecins. Pas de quoi le décourager, puisqu'il va faire appel. Celui-ci est suspensif. 

Radiation : le Pr Joyeux fait appel de la décision JanPietruszka/epictura

  • Publié 12.07.2016 à 17h34
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors que 14 praticiens n'ont pas fait appel de leur radiation de l'Ordre des Médecins (CNOM) en 2015, le Pr Henri Joyeux ne compte pas en rester là. Interdit d'exercice à vie en raison de « son discours alarmiste sur les vaccins », le sulfureux chirurgien cancérologue, à la retraite depuis 2014, a décidé de faire appel. 

« Je ne me laisserai pas faire, il est évident que je vais faire appel et l'appel est suspensif. Je continuerai à consulter, à conseiller ; je ne suis pas contre les vaccins, je suis contre les abus de vaccinations », a-t-il déclaré ce mardi sur les ondes de RTL

Alors que cette sanction devait être applicable à compter du 1er décembre, ce spécialiste dénonce une intrusion du politique dans ce jugement: « Cette décision vient directement du ministère de la Santé et du Conseil de l'Ordre National qui cherchent à me faire taire ». « Mais ils n'y arriveront pas », a-t-il ajouté. Et le Pr Joyeux de conclure qu'il ne se mettra pas « à genoux devant le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) qui est lui-même, manipulé par les laboratoires pharmaceutiques ».

Un million de signatures pour sa pétition 

Pour rappel, le médecin montpelliérain a fait l’objet d’une plainte déposée par le CNOM. En cause : sa pétition anti-vaccin lancée il y a plus d’un an et qui rassemble aujourd’hui près d’un 1 040 000 signatures. Dans ce texte, il s’attaque en particulier à l’Infanrix hexa, un vaccin combinant six vaccins, dont le DT-Polio mais également celui contre la coqueluche, la méningite et l’hépatite B.

Il affirme que ce produit contient « deux substances dangereuses voire très dangereuses pour l'humain et en particulier le nourrisson, pouvant notamment provoquer une grave maladie, la myofasciite à macrophages » et que « le vaccin contre l’hépatite B est soupçonné d’un lien avec la sclérose en plaques. »

A ces attaques, Patrick Bouet, le Président du CNOM, a dénoncé « des propos non appuyés sur des bases scientifiques qui portent donc atteinte à la profession de médecin ». Il a également reproché « un discours très "dangereux" pour la population, puisqu'il s'agirait de discréditer le mécanisme de vaccination préventive ».

Les infectiologues vent debout 

En juin dernier, la Société Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) était montée au front pour défaire un à un les arguments du chirurgien qui ne sont, d’après elle, qu’une « suite d’inexactitudes, voire de contre-vérités scientifiques ». Les infectiologues avaient également dénoncé la « façon indigne » avec laquelle la pétition joue « sur les interrogations et les émotions des parents ».

Un avis partagé par la chambre disciplinaire ordinale de première instance du Languedoc-Roussillon. Celle-ci a en effet jugé que le médecin « a commis des manquements d'une extrême gravité au code de déontologie » et qu’il n’a pas accompagné les actions de santé publique « en vue de la protection de la santé et de l'éducation sanitaire ».
Elle a également considéré que le Pr Joyeux avait enfreint la loi en « en indiquant des dangers pour la santé de suivre les recommandations du Haut Conseil de la santé publique ». 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité