Publicité

QUESTION D'ACTU

Congrès Francophone à Paris

Allergologie : une spécialité sur la voie de la reconnaissance

Alors que l'allergie concerne 1 Français sur 3, les allergologues sont en voie de disparition. Une existence notamment remise en cause par la réforme des études médicales. 

Allergologie : une spécialité sur la voie de la reconnaissance Wavebreakmedia/pix-5

  • Publié 20.04.2016 à 17h15
  • |
  • |
  • |
  • |


D’ici à 2050, plus de la moitié de la planète sera allergique. Pour des millions de personnes, l’arrivée du printemps rimera avec éternuements, nez qui coule et yeux qui piquent. L’asthme et les allergies alimentaires progresseront elles aussi à un rythme effréné.

Mais dans le même temps, les allergologues français auront peut être disparu. Réunis à Paris au 11ème Congrès Francophone de l’Allergologie du 19 au 22 avril, ils rappellent qu’ils ne sont toujours pas reconnus comme des spécialistes et qu’aucune formation universitaire spécifique n’existe. Dès lors, « les internes ne s’y intéressent pas et les médecins généralistes y sont très peu formés », regrette le Pr Antoine Magnan, président de la Société Française d’Allergologie.

En Europe, la France fait figure d’exception. Dans une quinzaine de pays voisins (1), l’allergologie est reconnue comme une spécialité médicale souvent associée à l’immunologie clinique. Dans notre pays, le médecin généraliste, le pédiatre, le pneumologue et le dermatologue qui souhaitent pratiquer l’allergologie doit suivre une formation complémentaire.


Créer un statut spécifique

Et l’inquiétude des allergologues est loin d’être apaisée par la réforme du 3ème cycle des études médicales. Alors que les médecins réclamaient que l’allergologie devienne une spécialité grâce à la création d’un diplôme d’études spécialisées (DES) – seule disposition qui permettrait d’éviter la disparition de ces spécialistes-, la seconde commission en charge de la réforme n’a pas suivi.

Mais une lumière d’espoir est apparue au cours de ces 15 derniers jours. « Après concertations et réflexions communes, il semble que les choses ont évolué, se réjouit le Dr Jean-François Fontaine, président de l’Association Nationale de Formation Continue en Allergologie (ANAFORCAL). La création d’un véritable DES d’allergologie par le biais d’un co-DES avec la médecine interne est envisagée ».

 

Ecoutez...
Jean-François Fontaine, président de l’Association Nationale de Formation Continue en Allergologie  : « L'allergologie est devenue dans certains cas extrêmement complexes, les maladies sont intriquées. »

 

Outre la reconnaissance de la spécialité, créer un diplôme d’allergologie à part entière permettra une prise en charge globale et adaptée du patient allergique. Les malades souffrant de cette pathologie complexes n’auront pas à multiplier les rendez-vous chez les différents spécialistes au gré de leurs symptômes.

 

(1) Chypre, Espagne, Estonie, Grèce, Italie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume Uni, Slovaquie, Suède et Suisse.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité