Publicité

QUESTION D'ACTU

A compter du 18 janvier

Grippe aviaire : production suspendue dans 4 000 élevages

La production de palmipèdes est arrêtée dans 4 000 élevages du Sud-ouest de la France, afin d'éradiquer la grippe aviaire. La mesure pourrait coûter 300 millions d'euros.

Grippe aviaire : production suspendue dans 4 000 élevages SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 16.01.2016 à 10h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Le ministère de l'Agriculture a décidé « d’assainir les élevages ». Dans le but d'endiguer la grippe aviaire qui frappe le Sud-ouest de la France depuis la fin du mois de novembre 2015, la production de canetons est mise à l'arrêt. La mesure, d'une ampleur inédite, prend effet dès ce 18 janvier. En contrepartie, l'abattage massif des palmipèdes, en guise de prévention, n'aura pas lieu.

« Face à cette situation et compte tenu des enjeux à la fois sanitaires et économiques, il apparaît nécessaire d’éradiquer efficacement et durablement la maladie dans la filière palmipède (canards et oies, ndlr) et plus largement de retrouver le plus rapidement possible le statut indemne de la France pour l’ensemble de la filière volaille », a expliqué le ministère de l’Agriculture sur son site internet alors que 69 cas d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volailles ont été détectés dans 8 départements.


300 millions d'euros de perte

Plus de 4 000 éleveurs sont concernés par cette décision, soit 75 % de la production française. Pour certains cet arrêt forcé signifie une production figée durant plus de 6 mois. Et bien qu’ils estiment cette procédure de « vide sanitaire » préférable à l’abattage massif de leurs animaux, ils craignent les conséquences financières. Selon le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, elles pourraient atteindre « 200 à 300 millions d'euros ».

Un véritable coup dur pour la filière qui espère recevoir l’aide de l’Etat et de l’Europe. Mais pour le ministère, cette décision était plus que nécessaire. « Ce plan permettra la remise en place de canetons sains dans des élevages assainis dès la fin du premier semestre. La production pourra ainsi reprendre pour assurer, dans de bonnes conditions, la production festive de fin d’année », a-t-il indiqué.

En frappant fort, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, espère restaurer la confiance des pays étrangers. L’objectif affiché est de permettre la réouverture des frontières pour l’ensemble des volailles françaises.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité