Publicité

QUESTION D'ACTU

Les autorités sanitaires interpellent

Grippe saisonnière : la vaccination toujours d'actualité

La campagne de vaccination contre la grippe entamée depuis septembre est toujours d'actualité, rappellent les autorités sanitaires.

Grippe saisonnière : la vaccination toujours d'actualité Rogelio V. Solis/AP/SIPA

  • Publié 19.12.2015 à 17h33
  • |
  • Mise à jour le 20.12.2015 à 00h09
  • |
  • |
  • |


Il n’est pas trop tard pour se faire vacciner ! C’est le message que souhaitent faire passer les autorités sanitaires, à l’approche de Noël. La période des fêtes ne chasse pas celle de la grippe saisonnière, qui sévit de novembre à avril. Or à cette époque, chaque année, ce sont « entre deux et quatre millions de personnes sont touchées par la grippe en France » rappelle l’Inpes (1).

La grippe peut être mortelle, principalement chez les sujets âgés de plus de 65 ans, parmi lesquels on compte plus de 90 % des décès d’après l’Inpes. L’institut souhaite remémorer à la population que les virus grippaux sont instables et se modifient en permanence, obligeant à développer chaque année un nouveau vaccin adapté à la souche circulante.


Gratuité pour certaines populations

Le vaccin contre la grippe est gratuit pour certaines populations dites à risque. Il s’agit des personnes de 65 ans et plus, des adultes atteints de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les professionnels de santé libéraux et les femmes obèses. Au global, 10 millions de personnes sont concernées par la vaccination.

Bien que l’Institut de veille sanitaire (InVS) rappelle que la vaccination est le moyen le plus efficace de se protéger, il est également possible de se prémunir de la grippe avec des mesures d’hygiène ( se laver régulièrement les mains, se couvrir la bouche et le nez à chaque fois que l’on tousse ou éternue…).


Une grave épidémie l’an passé

En incitant la population à se faire vacciner, les autorités sanitaires veulent éviter de faire le même constat que l’an passé. L’épidémie de 2014-2015 avait en effet donné lieu en France métropolitaine à 2,9 millions de consultations, à 30 000 passages aux urgences suivis de 10 % hospitalisations.

En outre, près de 1600 cas graves admis en réanimation, une part que l’InVS juge avait jugé très élevée par rapport aux saisons précédentes. Sur les neuf semaines d’épidémie, un excès de 18 300 décès avait été estimé.

 

(1)  Inpes : Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité